7 Novembre 2018

Congo-Kinshasa: Elections 2018 - RJRD - Rudy Kiese et Patrick Biki scrutent les faits d'actualités brûlantes

L'actualité politique est d'une forte intensité ce dernier temps en République Démocratique du Congo. Plus on avance vers les échéances électorales du 23 décembre 2018, mieux la température et stratégies augmentent dans les Etat-majors des partis et regroupements politiques.

Pour l'instant, deux cadres du Rassemblement des Jeunes pour la Reconstruction et le Développement (RJRD), parti politique en RDC, sortent de la langue du bois. Il s'agit de Rudy Kiese Bitafu et Patrick Biki Tomisa, respectivement présidents sectionnaires dans les Communes de N'djili et Mont Ngafula. Face à toute l'agitation qui entoure le microcosme politique congolais, ils ont résolu d'analyser, à chaud et sans la moindre passion, les questions qui défrayent la chronique en RDC notamment, celles liées à la mise sur pied de la cellule de campagne du candidat FCC à la présidentielle 2018 et la rencontre des opposants en Suisse (Genève) pour la désignation du candidat commun de l'opposition.

En ce qui concerne la désignation des animateurs de la cellule de campagne du candidat FCC, Rudy Kiese et son collègue Patrick qui se sont prêtés aux questions de votre quotidien La Prospérité, restent formels: "la RDC est tombée à un niveau le plus bas. Car, déplorent-ils, la majesté des fonctions d'Etat est bafouée". Autrement dit, lorsque des hommes d'Etat censés de procurer un mieux être collectif sont recrutés pour des responsabilités qui ne cadrent pas avec l'exercice de leurs attributions, il y a lieu à se demander si le Congo est encore un Etat. Sans toutefois les citer nommément, ils font allusion ici à certains ministres, personnalités politiques et savantes, responsables d'institutions et d'églises recrutés pour accompagner la campagne d'Emmanuel Ramazani Shadary. Ces deux cadres du RJRD ne sont pas les seuls à lever le ton. Des commentaires ont fusé de partout pour condamner l'acte. Certains membres cités dans la cellule ont déclaré n'avoir pas été consultés. Du côté gouvernement, la réplique ne s'est pas fait attendre. Ainsi, par la bouche de son Porte-parole, Lambert Mende, ce dernier a déclaré sans mâcher les mots:" Quand ils prennent de l'argent, ils ne se font pas consulter".

Pour la messe de l'opposition qui se tient à Genève, les deux interlocuteurs du Journal La Prospérité croient dur comme fer que rien de positif ne sortira de ces assises à cause des appétits gloutons des uns et des autres. En d'autres termes, personne ne voudra s'effacer au profit de l'autre. D'où, le mieux serait de se battre pour la crédibilité et transparence des échéances, quitte à chacun de prouver de quoi est-il capable dans la mobilisation. Aussi, protestent-ils contre tout report des élections comme le clame un cadre d'Ensemble.

Congo-Kinshasa

Expulsés d'Angola, des Congolais plongés dans la misère au Kwango

Depuis le mois d'octobre 2018, des milliers des Congolais, de l'Angola manu militari, atterrissent sans défense,… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.