7 Novembre 2018

Burkina Faso: Parcelles non mises en valeur de la ZACA - Le ministre Bonanet promet des décisions "fortes"

Le directeur général de la Société de transport en commun de Ouagadougou (SOTRACO), Pascal Tenkodogo, était dans les locaux des Editions Sidwaya, le mercredi 7 novembre 2018. Il s'est agi pour lui de remercier l'entreprise de presse pour l'accompagnement reçu pendant les 15 ans d'existence de la société.

Le ministre de l'Urbanisme et de l'Habitat, Dieudonné Maurice Bonanet, a installé, le mercredi 7 novembre 2018 à Ouagadougou, le Comité d'examen, de validation des dossiers des souscripteurs des parcelles non mises en valeur et ou non soldées ou ne respectant pas le cahier des charges dans la Zone d'activités commerciales et administratives (ZACA) de la capitale burkinabè.

Après l'expiration du délai d'un mois de grâce accordé le 24 août 2018 aux attributaires des parcelles de la Zone d'activités commerciales et administratives (ZACA) non mises en valeur pour entamer les procédures de construction, le Ministère de l'Urbanisme et de l'Habitat (MUH) veut passer à la vitesse supérieure.

De ce fait, le patron du département, Dieudonné Maurice Bonanet, a installé le mercredi 7 novembre 2018 à Ouagadougou, le comité d'examen de validation des dossiers des souscripteurs des parcelles non mises en valeur et ou non soldées ou ne respectant pas le cahier des charges de la ZACA.

Ce comité composé de six membres, présidé par le conseiller technique au MUH, Bali Traoré, est chargé, entres autres, d'examiner tous les dossiers, de proposer au regard de la situation de chaque souscripteur en porte-à-faux avec la loi, une décision et les mécanismes de sa mise en œuvre au bout d'un mois de travaux.

Pour mesurer l'ampleur de la tâche confiée aux six «juges», une visite de terrain a été organisée sur le site. Elle a permis aux hommes de médias de voir un immeuble de dix étages en construction, mais surtout de nombreuses parcelles vides transformées en dépotoirs, tandis que d'autres sont entourées de murs ou de tôles, alors que le cahier des charges l'interdit formellement. Il en est de même pour les clôtures donnant sur les voies et les espaces publics.

Au total, la coordonnatrice des activités du projet ZACA, Raymonde Aïssétou Nanéma, a révélé que sur les 310 parcelles de la zone attribuées depuis des années, 169 sont toujours nues, alors que le délai de mise en valeur est de cinq ans et seulement 69 ont été mises en valeur selon les prescriptions du cahier des charges.

Des retraits de parcelles selon les règles de droit

Une situation que le ministre Bonanet a jugée inadmissible car, a-t-il dit, le projet ZACA a été créé en 1990 pour accompagner les mutations en cours et doter Ouagadougou d'infrastructures complémentaires pour répondre à sa vocation de capitale de la culture, du cinéma, de l'artisanat et de service.

Aussi, il a souligné que dès que le comité remettra son rapport, son ministère en collaboration avec ceux en charge de l'économie et du commerce ainsi que le conseil municipal de Ouagadougou, prendra des décisions «fortes», tout en respectant les règles de droit du pays.

«Nous accompagnerons ceux qui se sont engagés à investir mais nous allons récupérer les parcelles de ceux qui n'ont pas les moyens pour construire et les réattribuer à des investisseurs potentiels car cette zone doit atteindre les objectifs initiaux que le gouvernement s'est fixé», a-t-il prévenu.

Pour donner foi à ses propos, il a soutenu que des parcelles de la Société nationale d'aménagement des terrains urbains (SONATUR) à Ouaga 2000 non mises en valeur, ont été retirées à des personnes et pas des moindres.

Il a assuré que la volonté politique est au rendez-vous et que d'autres retraits auront lieu toujours dans le respect strict de la loi. «Seulement, nous prenons le temps pour ne pas commettre d'erreurs. Car dans ce cas, c'est l'Etat qui va prendre le coup », a-t-il lancé.

Le ministre de l'Urbanisme a fait savoir qu'après ZACA et Ouaga 2000, ce sera le tour des arrondissements. A ce niveau, il a annoncé qu'outre les réattributions des parcelles vides depuis des décennies, des anciens quartiers tels Dapoya et Paspanga seront rénovés.

Burkina Faso

Idrissa Nogo - « Yacouba Isaac Zida sera de nouveau président du Faso»

Le Mouvement des peuples citoyens (MPC), était le mercredi 14 novembre dernier face à la presse… Plus »

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.