8 Novembre 2018

Sénégal: Adaptation aux changements climatiques - Yaya Abdoul Kane "renforce" la capacite des élus

«Prospective territoriale appliquée à la gestion urbaine pour l'adaptation aux changements climatiques» est le thème qui réunit depuis hier, à Saly-Portudal, plusieurs maires, représentants de communes et experts sous la direction de l'agence de développement municipal, dans le cadre du renforcement de capacités des acteurs du projet de gestion des eaux pluviales (Progep) et d'adaptation aux changements climatiques. L'exemple de Saint-Louis est au centre des discussions avec les nombreux projets envisagés ou déroulés pour sa protection et sa survie.

Le représentant de Yaya Abdoul Kane, ministre de la gouvernance territoriale, du développement et de l'aménagement du territoire a loué l'engagement affiché par le Sénégal pour des villes résilientes aux risques liés aux changements climatiques auxquels les populations et leurs biens sont exposés.

Selon lui, «Ces risques dont nous parlons sont de nature diverse et d'intensité tout aussi variée. Mais, nous convenons tous, qu'ils impactent les espaces et les hommes de manière différenciée souvent en fonction de leur niveau de vulnérabilité.

Les impacts négatifs de ces crises sont multiples : sécheresses, inondations, tempêtes, invasions d'insectes, famines, insécurité alimentaire».

A l'en croire, l'exercice de prospective participe à une meilleure connaissance des vulnérabilités soulevées et à faciliter sa modulation.

La rencontre pour lui, constitue un cadre d'échanges et de partage pour des acteurs venus de divers horizons pour réfléchir sur la problématique des changements climatiques en milieu urbain. Pour le représentant du ministre de la gouvernance territoriale «la problématique de la résilience urbaine appelle à des réflexions et des démarches résolument transversales et inclusives.

Elles doivent, en effet, s'ouvrir en intégrant d'autres thématiques transversales comme l'environnement, l'urbanisme, l'aménagement du territoire, la sociologie, l'économie, etc. Ces réflexions ne peuvent non plus faire l'économie de l'intégration de questionnements sur le genre et la protection des groupes vulnérables».

Ainsi, il a rappelé une volonté affichée des pouvoirs publics, des politiques mises en œuvre pour y palier : «C'est d'ailleurs, dans ce sillage qu'en parfaite cohérence avec les orientations du Plan Sénégal Emergent et des objectifs de l'Acte 3 de la Décentralisation, l'État du Sénégal, en partenariat avec la Banque Mondiale et le Fonds Nordique de Développement (Fnd), a décidé de poursuivre, à travers la mise œuvre du Progep, ces efforts en termes de réalisation d'ouvrages de drainage et d'équipements destinés à renforcer la résilience de nos territoires, ainsi que l'amélioration de la planification urbaine par rapport à la problématique de l'adaptation au changements climatiques en zone périurbaine dakaroise mais aussi, à la ville de Saint Louis, en proie à l'érosion côtière».

Concevoir des villes selon des plans directeurs

Mamadou Wade, le secrétaire général de l'Agence de développement municipal (Adm), a expliqué à Saly-Portudal, le parcours du projet de gestion des eaux pluviales et d'adaptation aux changements climatiques à travers des réalisations d'ouvrages, d'où l'importance d'échanger et de partager avec l'ensemble de ces acteurs sur une thématique novatrice : la prospective territoriale appliquée à la gestion urbaine pour l'adaptation aux changements climatiques.

La conception de plans directeurs d'urbanisation est devenue une nécessité avec les changements et la nécessité de résilience. Des expériences de la gestion des inondations l'attestent largement.

A l'en croire, le Progep, financé par la Banque mondiale, le fonds nordique et l'Etat du Sénégal a visé dans un premier temps, à lutter contre les inondations dans la région de Dakar.

Les efforts entrepris ont permis aujourd'hui, à l'Etat, d'avoir une meilleure visibilité sur les inondations et leur gestion.

La prospective territoriale s'inscrit, selon ses propos, dans la dynamique d'une réflexion sur les dégradations de l'environnement traduites à travers l'érosion côtière avec le relèvement du niveau de la mer, la sécheresse, et la récurrence des inondations causés par les changements climatiques.

La salinisation des sols s'ajoute au cortège de désagréments. Par conséquent, on ne plus penser à concevoir les villes sans ces faits et leurs effets en vue de leur trouver des palliatifs dans le cadre de la mise en œuvre de la territorialisation des politiques publiques.

Concernant la gestion de proximité des réalités, il n'a pas manqué de revenir sur le cas de Saint-Louis avec la brèche. Pour lui, le Progep maitrise bien la question et s'associe à une dynamique de recherches, d'études et de partage avec des scientifiques des universités Gaston Berger et Cheikh Anta Diop.

Selon lui, les conséquences ne sont ignorées de personne, c'est la menace sur l'île de Saint-Louis, la disparition et la mort des pêcheurs. Ces faits selon lui, nécessitent des mesures appropriées.

Sénégal

La Fondation BOA va équiper les régions pour le dépistage du cancer du col de l'utérus

La Fondation BOA-SENEGAL va davantage équiper les centres de santé qui sont dans les régions. Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.