8 Novembre 2018

Congo-Kinshasa: Ebola - Deux cent soixante treize nouveaux cas confirmés

La situation épidémiologique de la maladie en date du 7 novembre révèle que sur un total de trois cent huit cas de fièvre hémorragique signalés dans les provinces du Nord-Kivu et de l'Ituri, deux cent soixante treize cas ont été confirmés et trente-cinq probables.

Sur le total de cas confirmés, cent cinquante-six sont décédés et quatre-vingt-onze sont guéris. Les autres sont hospitalisés dans les différents centres de traitement d'Ebola (CTE) installés dans les provinces du Nord-Kivu et de l'Ituri. Trente-neuf cas suspects sont en cours d'investigation.

Le ministère de la Santé révèle par contre que trois nouveaux cas ont été confirmés, dont deux à Beni et un à Vuhovi. S'agissant des décès, deux nouveaux décès de cas confirmés dont un à Butembo et un à Vuhovi ont été rapportés. Trois nouvelles personnes guéries ont été à Beni.

La ville de Beni est devenue l'épicentre de la maladie. Elle a reçu la visite d'une importante délégation composée du ministre de la Santé, le Dr Oly Ilunga Kalenga; du gouverneur de la province du Nord-Kivu, Julien Paluku; du secrétaire général adjoint des Nations unies chargé des opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix; du directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus; et de la représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies en RDC, Leila Zerrougui.

La délégation a commencé la journée au centre des opérations d'urgence de la riposte où le coordonnateur national de la riposte, le Dr Ndjoloko Tambwe Bathe, a présenté la situation épidémiologique, les défis et les avancées de la réponse. Il a accepté, au nom de tous les intervenants dans cette riposte, le brevet de mérite qui lui a été remis pour les féliciter du travail abattu contre cette épidémie d'Ebola, la plus complexe de l'histoire du pays.

La délégation s'est ensuite rendue à la mairie où elle a rencontré le comité de sécurité de Beni pour faire le point sur la situation sécuritaire. La société civile de Beni a fait part du point de vue des habitants de la ville par rapport à cette épidémie d'Ebola et la situation sécuritaire.

Les officiels ont clôturé leur visite par une réunion avec les équipes de la sous-coordination de Beni et une visite du chantier du centre de transit en construction qui accueillera les nombreux cas suspects détectés chaque jour avant leur transfert au centre de traitement d'Ebola en cas de test de laboratoire positif. Les équipes de surveillance reçoivent, en moyenne, cent alertes par jour, parmi lesquelles une trentaine devient des cas suspects à investiguer, prélever et isoler. L'ouverture du centre de transit permettra de décharger de soixante lits le centre de traitement actuellement rempli.

Au terme de la visite, le ministre de la Santé a vivement félicité les équipes qui ont réussi, jusqu'à présent, à éviter que cette épidémie ne se transforme en véritable drame humain entraînant des milliers de morts à travers le pays. Le Dr Oly Ilunga Kalenga s'est dit rassuré en voyant les avancées positives réalisées depuis le recadrage du plan de riposte et les nouvelles orientations prises au mois d'octobre dernier. Bien que le nombre de nouveaux cas confirmés rapportés quotidiennement ait légèrement diminué ces derniers jours, la situation reste extrêmement critique et il n'est pas temps de baisser les bras. Au contraire, c'est durant ces moments d'apparente accalmie que les équipes doivent redoubler d'effort pour identifier et isoler les cas se trouvant encore dans la communauté et éviter une nouvelle flambée épidémique.

Congo-Kinshasa

Les expulsés d'Angola ne sont pas tous des illégaux

En quelques semaines, ce sont des centaines de milliers de personnes qui ont franchi la frontière entre l'Angola… Plus »

Copyright © 2018 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.