8 Novembre 2018

Congo-Kinshasa: Des traces d'Uranium dans le cobalt produit par la filiale Katanga Mining

À la faveur de cette découverte dangereuse qui inquiète plus d'un, l'entreprise entend suspendre ses activités et se plier aux normes d'autorisation pour l'exportation du produit à travers les ports africains.

C'est depuis son siège en Suisse que le groupe Glencore révèle avoir détecté la présence d'Uranium dans l'hydroxyde de Cobalt produit dans le cadre du projet Kamoto. Les analyses ont démontré l'existence d'un niveau supérieur d'uranium dans l'élément chimique.

Une découverte aux relents sinistres

Ouvriers de la production et personnes en contact avec le produit chimique pourraient tous être en danger. Le groupe Glencore a donc pris ses précautions. Selon le communiqué qui a révélé l'affaire, «Katanga Mining suspendra temporairement l'exportation et la vente de Cobalt dans le cadre de son projet Kamoto en République démocratique du Congo>>. L'entreprise souhaite ouvrir une enquête pour déterminer l'origine des failles dans le système d'exploitation mis en place. Le groupe Glencore compte également investir 25 millions de dollars pour assurer le respect des normes environnementales et sécuritaires dans leurs industries minières.

Congo-Kinshasa

Division de l'opposition - Pourquoi l'accord de Genève est-il mort-né?

Il aura vécu un peu moins de 24 heures. L'accord de Genève, qui pour la première fois dans… Plus »

Copyright © 2018 Confidentiel Afrique. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.