Cameroun: Deux morts des suites de noyade

9 Novembre 2018

Vendredi 19 octobre dernier veuve Minahouda, du village de Danay Vorgora, arrondissement de Yagoua, se rend dans son champ de niébé. Entre son champ et son domicile coule la rivière Danay, un bras mort du Logone de sinistre réputation.

Aux alentours de 12 heures, elle rentre au village, sa récolte sur la tête. Elle passe par le même gué qu'au départ. A quelques mètres du bord à l'arrivée, elle disparaît sous les eaux, laissant flotter sa charge en surface.

Des jeunes pêcheurs qui suivaient ses gestes, accourent rapidement à son secours, mais peine perdue. Elle sera repêchée plus tard sans vie, puis enterrée au bord de la rivière conformément à la tradition.

A l'âge d'environ 60 ans, Minahouda est mère de plusieurs progénitures. Le lendemain samedi 20 octobre, Marcel Bortouang, âgé de 50 ans environ, se rend au village de Yirdeng pour un enterrement. Il doit emprunter une pirogue de fabrication locale pour traverser un défluent du Logone.

Dans ce cours d'eau profond, circulent également d'autres pirogues chargées de passagers. L'une des embarcations chavire et les naufragés affluent vers la pirogue dans laquelle Marcel Bortouang se trouvait. Surchargée, elle se retourne sur lui.

Plusieurs piroguiers qui suivent la scène au bord arrivent au secours et sauvent les occupants mais pas Marcel Bortouang qui a été repêché sans vie.

Ancien agent de l'hôpital régional de Yagoua, il a perdu l'année dernière sa femme dans un accident de circulation. Il a été inhumé le même jour selon la tradition Massa.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.