9 Novembre 2018

Afrique: Comme on se retrouve !

Difficile, mais pas impossible.

Les joueurs de l'Espérance Sportive de Tunis veulent y croire jusqu'au bout. Le great-event de ce vendredi 9 novembre, devant 60.000 supporters enthousiastes qui vont donner au stade de Radès des couleurs particulières, ils le vivent pleinement dans la ferveur.

Un seul mot d'ordre: une victoire par deux buts, sans encaisser un seul. Deux buts d'écart, comme la victoire rocambolesque (4-2) obtenue le 24 octobre dernier en demi-finale retour contre les Angolais de Primeiro de Agosto.

Un grand atout pour le club sang et or qui veut inaugurer les festivités marquant son centenaire par le trophée le plus prestigieux dont il puisse rêver, et qui lui ouvrira les portes de la Coupe du monde des clubs aux Emirats Arabes Unis: le retour côté gauche de la défense du pétillant Aymen Ben Mohamed, et l'envie de se réhabiliter qui habite l'avant-centre Taha Yassine Khenissi, en manque de réussite ces derniers temps. Sans oublier un facteur qui est souvent décisif dans le cas de l'EST: un public qui n'a pas son pareil pour pousser ses favoris.

En contre-partie, un gros handicap: l'absence de deux piliers, l'un en défense, Chamseddine Dhaouadi, et l'autre au milieu, le Camerounais Frank Kom.

"Avec Chaâlali et Coulibaly, nous avons suffisamment d'atouts pour trouver l'équilibre au milieu du terrain", assurait jeudi l'entraîneur-adjoint Mejdi Traoui dans le point de presse d'avant-match.

"Le match aller, on l'a classé. On ne peut pas gagner sans se montrer appliqués et trouver l'équilibre. Les Egyptiens ont des contres meurtriers et chercheront à profiter de nos erreurs au milieu. Les mots-clés dans cette manche décisive s'appellent rigueur, application et surtout patience.

On est bien psychologiquement. Nous accusons certes deux buts de retard, mais cela ne risque pas de nous bloquer. Les absents vont être relayés par des joueurs qui, j'en suis certain vont se surmultiplier. Il nous faut certes attaquer d'emblée.

Toutefois, il faut toujours chercher l'équilibre, et se montrer vigilants, notamment lorsque nous sommes en possession du ballon.

En tout cas, cela va se jouer sur de petits détails, comme cela a toujours été le cas entre ces deux géants du continent", analyse l'ancien milieu de l'Etoile Sportive du Sahel avec laquelle il remporta la C1 en 2007, devant... Al Ahly en finale, au Caire même (victoire 3-1, après un nul 0-0 à Sousse).

On prête au coach tunisois, Mouine Chaâbani l'intention d'aligner le onze de départ suivant:

Ben Cherifia- Derbali, Ben Mohamed, Yaâkoubi, Chammam- Coulibaly, Chaâlali, Beguir- Badri, Belaili, Khenissi.

Côté égyptien, un grand absent : Walid Azaro qui a décidé d'une certaine manière la première manche.

Dans la conférence de presse de jeudi, l'excellent Hossam Achour a tenu à remercier les responsables de l'EST pour la qualité de l'accueil qui a été réservé au club du Continent du XXe Siècle.

"On doit être concentrés, on sait qu'on va jouer contre un grand club. Les deux finalistes doivent sentir de la fierté pour être les deux meilleurs clubs d'Afrique. La partie sera difficile, mais avec notre expérience et notre envie, on peut ajouter un nouveau titre à notre palmarès", a-t-il relevé.

De son côté, l'entraîneur Patrice Carteron met l'accent sur la qualité d'un adversaire "au parcours remarquable.

Un match formidable nous attend, un moment exceptionnel, et on s'est préparé pour cela. Entre Marwane Mohsen et Salah Mohsen, deux excellentes solutions pour relever Azaro, j'ai l'embarras du choix. Marwane est dans une grande forme. L'objectif est de préparer les joueurs pour faire face à ce genre d'impondérables".

Huit fois champion d'Afrique, Al Ahly Sporting Club a un appétit intact. Son entraîineur, le Français Patrice Carteron compte aligner le onze suivant:

Chennaoui- Achraf, Coulibaly,Samir, Hani- Essoulya, Achour, Souleymane, Mouhareb- Jabeur, Marwane Mohsen.

L'EST a remporté la Ligue des champions en 2011 face au Wydad de Casablanca, après avoir goûté à la Coupe d'Afrique des clubs champions, en 1994 contre le Zamalek du Caire. Pour revenir sur le toit de l'Afrique, il lui faut sortir un de ces matches d'exception qui jalonnent son histoire.

Al Ahly s'est imposé en finale contre l'Espérance à Radès même, en 2012. Il s'était imposé une autre fois dans l'enceinte radésienne, face au Club Sportif Sfaxien en 2008 grâce au but d'Aboutrika.

C'est la 20e confrontation entre les deux clubs. La dernière, en phase de poules de la Ligue des champions était revenue au représentant égyptien.

La finale retour de la Ligue des Champions de la CAF Total 2018 démarrera à 19H GMT au stade de Radès sous la direction de l'Ethiopien Bamlak Tessema.

Le classique du foot continental, l'incontournable derby nord-africain se jouera sous les yeux du président de la FIFA, Gianni Infantino que l'on annonce ce vendredi soir du côté de l'enceinte de la banlieue Sud de Tunis.

Le feuilleton tuniso-égyptien se poursuivra le 16 novembre au stade Borj El Arab avec le match opposant les deux sélections pour le compte de la 5e et avant-dernière journée des éliminatoires de la CAN-2019.

Afrique

Les ministres des finances priés d'augmenter les budgets alloués au genre en vue de l'Agenda 2063

Les ministres de l’Economie, des finances et du plan des pays africains sont priés d’augmenter… Plus »

Copyright © 2018 Confederation of African Football. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.