9 Novembre 2018

Cameroun: Elvis Kemayo, artiste camerounais. - « Je prépare un double album »

interview

Pourquoi avez-vous accepté de participer au projet « Les Virtuoses » ?

En fait, j'ai été contraint parce que Sylvain Kom [l'un des organisateurs du spectacle, Ndlr] a mis tous les ingrédients pour m'obliger à remonter sur les planches. Pour moi, c'en était fini de venir faire des concerts au Cameroun depuis qu'on m'a éconduit de Télé Podium en 1989.

On avait mis quelqu'un d'autre pour présenter, j'ai jeté l'éponge. Je suis parti très déçu, avec de mauvais souvenirs. Pourtant, j'avais donné le meilleur de moi-même.

Alors, il m'a rencontré au mois d'août dernier. J'ai demandé un orchestre professionnel. Il m'a dit qu'il met à ma disposition 17 musiciens les plus performants. J'ai dit d'accord, dans ces conditions, je peux venir !

Vous parlez de Télé Podium. Pouvez-vous nous dire quelques mots sur cette aventure qui a marqué les débuts de la télévision au Cameroun ?

C'était un moment très vivant de ma carrière [de 1986 à 1989, Ndlr]. C'était très touchant. C'est un hasard total. J'étais venu réclamer mon argent et on m'a demandé d'apporter une émission.

C'était la première fois que les Camerounais voyaient une émission d'une telle envergure avec leurs artistes qui interprétaient des chansons qu'ils avaient dans leur discothèque à la maison.

Les anecdotes sont nombreuses. Je suis venu à Douala chercher Ndedi Eyango. Il habitait un quartier où il pleuvait tout le temps. Il fallait traverser, sauter. Un jour, je suis tombé dans un caniveau. Une autre fois, c'est un chien qui m'a mordu.

J'allais moi-même chercher les artistes, alors qu'à l'époque, j'étais l'homme le plus populaire. Je suis allé chercher Medjo Me Nsom Jacob au fin fond de son village.

Je suis allé à Edéa chercher Jean Bikoko Aladin. On a dormi chez lui et en bas il y avait de l'eau. Et quelqu'un nous dit : « Il y a des serpents qui passent de temps en temps. » Avec les techniciens, on n'a pas fermé l'œil de la nuit, etc.

Vous avez vécu plein d'autres aventures au Gabon, en Guinée équatoriale, en France, aux États-Unis. Avez-vous encore des projets ?

Je prépare un double album pour le début de l'année prochaine. Il s'intitule « Confession ». Il y aura des reprises. J'aime bien chanter les morceaux des autres.

Et puis, il y aura des collaborations peut-être avec Lady Ponce, mais aussi une chanteuse ivoirienne, etc. Il y aura des chansons inédites.

Une partie de l'album sera spécialement conçu pour la religion, pour remercier Dieu. Des chansons religieuses. Et là, les gens vont découvrir ma sensibilité spirituelle.

Cameroun

Maurice Kamto et ses alliés refusent de se rendre au tribunal

Maurice Kamto et ses alliés refusent de se rendre au tribunal pour protester contre les violences à… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.