9 Novembre 2018

Guinée: Banlieue de Conakry - Des agents de la sécurité accusés dans le pillage d'au moins 5 concessions

Les violences se poursuivent à Wanidara dans la commune de Ratoma où des concessions ont été vandalisées dans la nuit du jeudi 8 au vendredi 9 novembre 2018. Les victimes qui pointent un doigt accusateur aux agents des services de sécurité qui vengeraient un policier battu à mort par des jeunes révoltés par le meurtre par balles de deux jeunes mercredi soir.

Des témoignages recueillis sur place par notre reporter font cas d'exactions inouïes.

« Toutes les chambres ont été saccagées, des habits, des motos, de l'argent ont été emportés. Un atelier de couture et une boutique ont été vidés de leurs contenus.

Des chaises à louer emportées, d'autres ont été cassés par les agents. Tout a été saccagé. Il y a au moins cinq concessions qui ont été attaquées », témoigne Alpha Oumar Diallo neveu de l'une des victimes à Wanidara carrefour marché.

À quelques mètres de là, une autre villa a subi le même sort. Les vitres des portes de la maison ont été cassées, tous les objets de valeur emportés selon les victimes visiblement traumatisées.

Les vitres et pares brises de deux voitures garées dans la cour ont été brisés. À l'intérieur de la maison, on voit des objets éparpillés, des armoires renversés.

Aux dires des victimes, avant de partir, les assaillants ont lancé du gaz lacrymogène à l'intérieur des maisons.

Lorsqu'on quittait les lieux vers 11 heures 40, les affrontements étaient en cours entre forces de l'ordre et jeunes manifestants appuyés par des femmes révoltées par les exactions.

Guinée

Réactions après le retrait de l'accréditation du correspondant de RFI

En Guinée, notre confrère Mouctar Bah a été sanctionné, ce mercredi, par la Haute… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Aminata.com. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.