9 Novembre 2018

Afrique: Cérémonie d'ouverture du Forum MEDays 2018 et lancement des débats : Adhésion du Maroc à la CEDEAO, Partenariats Sud-Sud et relations Chine-Afrique, question migratoire et leadership des femmes en Afrique et dans le monde arabe

Photo: Institut Amadeus
Ouverture officielle des MEDays 2018 dans la soirée du 7 Novembre à Tanger, Maroc
communiqué de presse

A l'ère de la disruption, bâtir de nouveaux paradigmes Tanger, du 7 au 10 Novembre

Tanger, le 9 Novembre 2018 – Sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, la 11ème édition du Forum MEDays a été inaugurée le 7 novembre 2018 à Tanger sous le thème : « A l'ère de la disruption : bâtir de nouveaux paradigmes » avec la participation d'invités de premier plan. Le Président de l'Institut Amadeus, Brahim Fassi Fihri, a accueilli à cette occasion S.E. Thomas Boni Yayi, l'ancien Président du Bénin, S.E. Luis Filipe Lopes Tavares, Ministre des Affaires Étrangères du Cap Vert,  S.E. Mohcine Jazouli, Ministre Délégué auprès du MAEC chargé de la Coopération Africaine du Royaume du Maroc, ainsi que S.E. Moustapha Cissé Lo, Président du Parlement de la CEDEAO.

Dans son allocution d'ouverture, Brahim Fassi Fihri, Président fondateur de l'Institut Amadeus, est revenu sur le thème de cette 11ème édition : « Disruption, le mot s'est imposé pour expliquer à quel point le monde nous paraît aujourd'hui plus imprévisible. Nous assistons à un renversement des grilles de lecture traditionnellement mises en avant. En matière de relations internationales, cette disruption, une rupture nette qui oblige à la recomposition, est particulièrement sensible. » Il a aussi appelé à saisir les nouvelles opportunités offertes par ce monde en mutation, à l'instar du Maroc qui a déjà choisi sa voie traduite par son retour au sein de l'Union Africaine ainsi que l'accord de principe qu'il a reçu à son entrée dans la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO). Le Fondateur du Forum MEDays a ensuite rappelé l'importance de ce Forum qui est non seulement un espace de réflexion mais également une plateforme d'action et de propositions.

Pour sa part, S.E. Thomas Boni Yayi, Ancien Président du Bénin, a présenté les conclusions des ateliers de l'« Initiative LE MAROC DANS LA CEDEAO : REALISER LA CEDEAO DES PEUPLES » formulées succinctement comme suit : « l'ambition régionale de la formation professionnelle pour valoriser le capital humain et mettre en valeur un partage de compétence Sud-Sud ; créer un fonds régional pour le soutien des Petites et Moyennes Entreprises (PME) de l'Ouest ; mettre en œuvre une stratégie inclusive et durable selon l'agenda des Objectifs de Développement Durable 2030 qui puissent prendre en considération les exigences et la volonté des petits et moyens agriculteurs ; initier la reconnaissance des diplômes et compétences des différentes institutions d'enseignement régionales dans chacun des pays et renforcer les dispositifs de mobilités des professeurs et des étudiants au sein de l'Afrique de l'Ouest ; développer un fonds d'équipement pour l'électricité renouvelable notamment en milieu rural et semi rural et être co-responsable d'un processus d'adhésion exemplaire, inclusif et transparent. »

Ont intervenu également lors de la cérémonie d'ouverture d'autres grandes personnalités de la diplomatie marocaine et africaine. S.E. Luis Filip Lopes Tavares, Ministre des Affaires Étrangères du Cap Vert a exprimé son soutien au processus d'adhésion du Maroc à la CEDEAO : « Je ferai tout, en tant que Ministre des Affaires Étrangères du Cap Vert pour faire aboutir la candidature du Maroc ».  Moustapha Cissé Lo, Président du Parlement de la CEDEAO  a quant à lui applaudi l'intégration continentale qui ne cesse de se renforcer : « La mise en place de la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine (ZLECA) constitue un grand pas vers un marché unique africain. »

S.E. Mohcine Jazouli, Ministre Délégué auprès du Ministre marocain des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale chargé de la Coopération Africaine a déclaré : « Ce n'est qu'avec une véritable disruption que l'Afrique pourra faire émerger de nouveaux paradigmes » et appelé à voir la migration « comme une opportunité et non comme une menace ».

La cérémonie fut clôturée par la remise du Prix MEDays Leadership Award à S.A. Dr. Sheikha Hissah Saad Abdullah Salem Al-Sabah, Présidente du Conseil des Femmes d'Affaires Arabes pour son engagement en faveur de l'émancipation et l'autonomisation économique des femmes arabes ainsi que la promotion du leadership des affaires pour les femmes arabes.

Les débats ouverts au public ont été lancés le jeudi 8 novembre, avec des thématiques phares telles que l'adhésion du Maroc à la CEDEAO, le partenariat Sud-Sud des trois continents, les relations Chine-Afrique et la nouvelle route de la Soie, ou encore la question migratoire et le leadership des femmes en Afrique et dans le monde Arabe.

A l'occasion de la séance plénière  « Le Maroc dans la CEDEAO : Pourquoi, Quand et Comment ? », Moubarack Lo, Economiste et Conseiller Spécial du Premier Ministre sénégalais  a applaudi  la vision du Royaume du Maroc « Le fait que le Maroc, pays de l'Afrique du Nord, décide de se tourner vers le Sud, est une véritable disruption. » Pour l'ancien Président du Bénin, il est nécessaire que le Maroc et la CEDEAO « travaillent ensemble pour relever les défis de ce monde qui change. »

Lors de la séance plénière portant sur la coopération Sud-Sud entre l'Afrique, l'Asie et l'Amérique Latine, les intervenants se sont rejoints sur le besoin de renforcer le partenariat dans les secteurs de la santé, de l'éducation et des infrastructures, qui jouent un rôle positif et primordial dans la promotion de la construction nationale, le développement économique et le progrès social des pays du Sud.

Lors de la « Business initiative Chine-Afrique : Zoom sur la Nouvelle Route de la Soie », les intervenants ont proposé de mettre en place dans les pays africains, des protocoles d'accords et de partenariats gagnant-gagnant qui puissent attirer de façon efficace et structurée les investissements du secteur privé chinois. Ces éléments sont indispensables pour la possibilité de répliquer les meilleurs modèles de projets d'infrastructures et socio-économiques sur le continent africain.

Les intervenants présents sur le débat « Migrations : Sortir de l'approche sécuritaire » ont présenté des recommandations importantes. Selon les experts présents, afin de gérer le phénomène migratoire au niveau du continent africain, il est indispensable de structurer une gouvernance adaptée aux populations et facteurs socio-économiques territoriaux.

L'émancipation et l'autonomisation économique des femmes arabes et africaines nécessitent une coopération autour d'un projet commun pour un développement inclusif des femmes dans ces régions. « Il faut que les femmes soient  conscientes de leurs droits et oser participer aux différentes opportunités qui s'offrent à elles » a déclaré Pearl Kupe, avocate et activiste reconnue d'Afrique du Sud.

Plus de 150 intervenants et 3000 participants – officiels, décideurs, entrepreneurs, universitaires, représentants de la société civile et membres de la presse - sont réunis à Tanger du 7 au 10 novembre pour débattre des de l'agenda internationale, et plus particulièrement des évènements qui bouleversent, aujourd'hui, l'ordre mondial.

En savoir plus

La Chine invitée à repenser sa coopération avec l'Afrique

La Chine est un allié sûr mais ses interventions en Afrique continuent de susciter des craintes. Dans une… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Institut Amadeus. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.