Gabon: « Ali Bongo Ondimba continue d'exercer ses fonctions »

Photo: wikipedia
Ali Bongo Ondimba, President du Gabon

Au Gabon, la présidence a publié un nouveau communiqué sur l'état de santé du président gabonais. Ali Bongo a été admis dans un hôpital, en Arabie Saoudite, où il participait au sommet du Davos du désert. Les rumeurs les plus contradictoires circulaient depuis.

Un nouveau communiqué de la présidence de la République, publié ce dimanche 11 novembre, affirme que son état de santé s'est très nettement amélioré et qu'il continue d'exercer ses fonctions.

Les Gabonais sont restés deux semaines sans informations officielles sur l'état de santé de leur chef de l'Etat. Le dernier communiqué du pouvoir remonte au 28 octobre dernier.

Le porte-parole de la présidence, Ike Ngouoni, affirmait qu'Ali Bongo Ondimba était victime « d'une fatigue sévère » l'obligeant à observer un repos au King Faysal Hospital d'Arabie Saoudite où il était admis en urgence.

Dans le communiqué de ce dimanche, la présidence reste assez vague sur le mal qui cloue le président gabonais sur un lit depuis trois semaines. La présidence parle aujourd'hui d'un « malaise et de vertiges persistants », conséquence « d'un saignement justifiant une prise en charge médicale en secteur hautement spécialisé ».

Plusieurs sources ont plutôt évoqué un accident vasculaire cérébral (AVC).

La présidence souligne que le chef de l'Etat gabonais, 59 ans, « est dans une phase de recouvrement de la plénitude de ses facultés physiques ». Son protocole de soins a été allégé.

« Ali Bongo Ondimba continue d'exercer ses fonctions », conclut le communiqué, une manière de couper court sur la polémique actuelle au sujet d'une éventuelle vacance de pouvoir.

Le porte-parole de la @PresidenceGA fait le point sur l'état de santé du @PresidentABO ⤵. #Gabon pic.twitter.com/vekYhSA77f

République Gabonaise (@PresidenceGA) 11 novembre 2018

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.