Tunisie: «Amender les statuts des clubs»

12 Novembre 2018

Dans ce registre, je reste persuadé que le problème est fondamentalement juridique et législatif, puisque tant que nos clubs sont gérés suivant un statut managérial anachronique d'associations à but non lucratif ce qui est en parfaite contradiction avec le pseudo-professionnalisme déguisé adopté actuellement ;la gestion de notre sport reste incohérente et structurellement incorrecte avec, de surcroît, une absence pénalisante de contrôle de gestion et des dépenses au sein des clubs.

D'ailleurs, lors du congrès tenu en avril 2016 à Monastir on avait imposé aux différentes fédérations des commissions de contrôle de gestion pour mettre en place un mode gestionnaire équilibré pour endiguer les dépassements, mais finalement en pratique rien ne s'est passé de tout cela. En tout cas, on a pu quand même instaurer depuis septembre 2015 une mesure salutaire et bénéfique imposant aux clubs de régler les cotisations de couverture sociale des joueurs au profit de la CNSS et leurs engagements avec le service des impôts, afin de pouvoir bénéficier des subventions ministérielles, c'était une condition sine qua non dans le but de conférer à la gestion des affaires sportives une certaine rigueur et transparence.

Sur un autre plan et en collaboration avec la Banque centrale, on avait instauré une loi obligeant les clubs désirant recruter un joueur étranger bien évidement par le biais d'une transaction en devise de faire rentrer à la trésorerie du pays la même somme toujours en devise pour assurer un certain équilibre compte tenu des besoins pressants du budget de l'Etat dans ce secteur.

En bref, je réitère mon appel aux instances politiques décisionnelles actuelles de procéder urgemment au changement du statut des clubs en associations à but lucratif, un amendement juridique fortement bénéfique, voire salutaire pour toutes les parties prenantes : les clubs pourront voler de leurs propres ailes financièrement en s'appuyant sur des décrets législatifs leur permettant de créer leurs propres ressources budgétaires et, par conséquent, d'alléger dans ce sens l'intervention de l'Etat dont la trésorerie pourra de plus bénéficier d'une cotisation plus consistante de la part des clubs en matière d'impôts».

Auteur : Hatem REGAIEG

Ajouté le : 12-11-2018

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.