Burkina Faso: Fête de l'Armistice - Ouaga célèbre les poilus1

A l'image de la célébration officiée le 11 novembre 2018 à Paris, face à l'Arc de Triomphe, par le président Emmanuel Macron, l'ambassadeur de France au Burkina, Xavier Lapeyre de Cabanes, a fêté dans la soirée du même jour l'armistice de 1918, signé le 11 novembre 1918 à 5h 15, qui consacre la fin des combats de la Première Guerre mondiale (1914-1918).

Lecture de témoignages de soldats de l'époque, dépôts de gerbes et décorations ont été au menu d'un fait historique dont la charge émotionnelle reste intacte, cent après.

Dans l'allée menant au bâtiment principal de la résidence, c'est l'hôte du jour, l'ambassadeur Xavier Lapeyre de Cabanes, qui accueille l'invité, qui, bien sûr est au préalable passé, et avec succès, par le contrôle d'identité pour s'assurer que son nom figure sur la liste de convives.

L'accueil était chaleureux, l'hôte de la soirée ayant la poignée de main vigoureuse et le sourire radieux. Parmi les invités, notamment dans le rang des diplomates, il s'en trouve qui arrivent les bras chargés de fleurs.

Quand tout fut au point et les officiels sur place, la cérémonie commença vers 19 heures, millimétrée comme du papier à musique. La mise en bouche a consisté en la lecture de correspondances de soldats, notamment celle émouvante d'un tirailleur sénégalais originaire de Haute Volta, né en 1893 et mort le 13 août 1917.

Il faut le dire, ces déclamateurs de courriers et poèmes, qui sont des élèves du lycée français Saint-Exupéry, de l'Ecole internationale de Ouagadougou, du groupe scolaire les Lauréats et du Prytanée militaire de Kadiogo, ont «assuré», pour emprunter au jargon artistique.

Après ces prestations, ont suivi le dépôt de gerbes de fleurs au pied des drapeaux de pays ayant participé à la Première Guerre mondiale, les décorations et, enfin, le discours de l'accueillant qui a insisté sur le seul combat qui vaille aujourd'hui, celui de la paix.

«C'est ce à quoi nous travaillons aujourd'hui, notamment à réduire la menace que font peser les groupes qui utilisent la terreur pour déstabiliser l'Etat et la jeune démocratie burkinabè.

C'est pour cela que le président de la République française a voulu que la cérémonie soit immédiatement suivie de l'ouverture du forum de Paris pour la paix », a rappelé l'hôte de la soirée.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.