Afrique du Sud: Johannesburg - Une pétition pour libérer «Lammie», la dernière éléphante du zoo

Éléphant (archive).

En Afrique du Sud, si les autorités protègent les quelques 25 000 éléphants du pays en combattant les braconniers, les citoyens, eux, combattent les zoos.

Une éléphante de 39 ans se trouve ainsi depuis plusieurs semaines au cœur d'une bataille entre la population et le zoo de Johannesburg, où « Lammie » est désormais le seul éléphant. Des associations de défense des animaux demandent sa libération et ont mis en ligne une pétition.

En Afrique du Sud, la pétition « Libérez Lammie », du nom de la seule éléphante du zoo de Johannesburg, a atteint plus de 100 000 signatures.

Elle a été mise en ligne il y a un mois, après le décès de Kinkel, son compagnon. Lammie est désormais seule dans son enclos du grand zoo de Johannesburg. Elle souffrirait d'une grave dépression, selon plusieurs experts de la question animale.

Eduquer contre le braconnage

Dans un pays qui compte moins de dix zoos, mais plus d'une quarantaine de réserves naturelles, les associations de défense des animaux mettent la pression sur l'établissement. Des centaines de manifestants se sont rassemblés devant les grilles du zoo, parfois même déguisés en pachydermes.

Le zoo de Johannesburg refuse, lui, de transférer l'éléphante dans la nature et prévoit même d'en acquérir d'autres. Mais libérer Lammie n'est pas si évident. L'animal de 39 ans est né en captivité et n'a jamais connu la liberté.

Pour le zoo, Lammie joue un autre rôle. Sa présence dans le centre-ville de Johannesburg permettrait d'éduquer toutes les communautés urbaines contre le fléau du braconnage.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.