13 Novembre 2018

Tunisie: Sans sensibilisation, le diabète passerait de 10 à 25%

La famille, premier maillon de la prévention

Parmi ces praticiens, le diabétologue Kamel Jellouli nous confie que plusieurs parties se sont donné la main pour organiser les nombreuses manifestations du 11 novembre, la Journée mondiale du diabète, qui se tient cette année sous le slogan «Le diabète concerne chaque famille».

Selon lui, cette Journée mondiale que la Tunisie célèbre également est entièrement dédiée à la sensibilisation au diabète de type 2 (qui se traite aux comprimés). «Nous sensibilisons à la nécessité de la prévention car celle-ci a vraiment l'aptitude de faire baisser le risque, notamment en amenant les gens prédisposés au diabète à une hygiène de vie rigoureuse. La prévention revient beaucoup moins cher que le traitement auquel sont aujourd'hui assujettis 10% des Tunisiens. Et il est clair que si nous ne faisons pas de francs progrès en matière de sensibilisation, nous allons sans doute porter ce taux à 25%», avertit Dr Jellouli.

Les organisateurs de la Journée sont, pour cette année, une clinique privée, un laboratoire également privé (tous deux installés au Centre urbain nord), des étudiants en médecine, des étudiants en diététique, des médecins volontaires...

«C'est un travail d'équipe que nous menons pour l'organisation des différentes actions de la Journée, à commencer par une course de 12 km ouverte aux adultes, suivie d'une course de 1,5 km pour les juniors auxquels nous introduisons également les bienfaits de la collation diététique, puis des séances de 45 mn sur vélos fixes pour cinquante personnes à la fois», explique notre interlocuteur.

Ce sont les mêmes actions reprises chaque année avec la même conviction mais, pour cette édition 2018, Dr Jellouli nous annonce une nouveauté qui concerne les personnes âgées de plus de 80 ans, diabétiques ou non. «Un collègue de la médecine physique les initie à des exercices de 10 à 15 mn par jour, par exemple juste après la prière du matin (salât essob'h) ; exercices qui leur permettent de vivre mieux grâce à leur effet long terme», ajoute-t-il. Mais ce n'est pas tout, il reste encore la série d'ateliers organisés par l'équipe sur les conseils en diététique, la sensibilisation aux soins des pieds, le dépistage de l'hypertension, le soutien de la population à risque... pour que cette part importante de la population tunisienne ne se sente pas seule à assumer le poids de cette maladie et, surtout, pour que son nombre n'augmente pas.

Tunisie

Quand la défiance remplace la confiance

Leurs revendications consistent à vouloir changer de statut et adhérer, de la sorte, à la… Plus »

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.