13 Novembre 2018

Burkina Faso: Réhabilitation de l'institut des peuples noirs - Le ministre Sango consulte les 'anciens'

Le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Abdoul Karim Sango, a rencontré, le vendredi 9 novembre 2018 à Ouagadougou, des anciens de l'Institut des peuples noirs (IPN). La remise sur les rails dudit établissement a été au centre des échanges.

Un comité va réfléchir à la remise en route de l'Institut des peuples noirs (IPN), tombé, depuis quelques années, dans les oubliettes. L'annonce a été faite, le vendredi 9 novembre 2018 à Ouagadougou, par le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Abdoul Karim Sango. C'était à l'issue d'un conclave avec les anciens de l'IPN. "Le Burkina Faso et les autres pays sont confrontés à un problème d'identités culturelles. Or, l'IPN peut servir de cadre pour une meilleure valorisation de la culture africaine et des idéaux qui y sont rattachés. C'est pour cela que j'ai tenu à rencontrer les aînés qui ont été au commencement de ce projet avec le Président Thomas Sankara", a expliqué le ministre Sango. De plus, il a ajouté qu'il est nécessaire de permettre à la jeunesse africaine de se retrouver dans un cadre de cette envergure. "C'est un projet qui est porté par le Burkina Faso mais qui a une vocation internationale", a-t-il souligné.

A son avis, les "anciens" ont la ferme conviction que ledit institut pourra apporter beaucoup au pays des Hommes intègres et à l'Afrique. En effet, selon l'un des anciens, Denis Nébié, l'IPN a, dès sa création, connu une grande ferveur et un engouement sans précédent. Mais, cet enthousiasme, à l'entendre, s'est peu à peu estompé dès l'avènement du Front populaire de Blaise Compaoré. Tout en saluant l'initiative du ministre Sango, l'administrateur du Carrefour international de théâtre de Ouagadougou (CITO), Martin Zongo a relevé, pour sa part, le contexte actuel favorable à une renaissance de l'IPN. " La situation politique nationale a beaucoup évolué. Et les idées du président Sankara sont restées intactes au fil des ans ", a-t-il affirmé.

Quant au gestionnaire du Centre national de presse Norbert- Zongo, Abdoulaye Diallo, il a rappelé que l'IPN constituait, à l'époque, un véritable lieu de formation pour les élèves et les étudiants. A ses dires, de rares ouvrages de Cheick Anta Diop, du Pr Joseph Ki-Zerbo et d'autres sommités de la littérature africaine y étaient disponibles. Au cours des échanges, des anciens ont suggéré que les projets de l'IPN et du Mémorial Thomas Sankara soient associés. Sur cette question, Abdoul Karim Sango a proposé l'évolution parallèle des deux projets. Porté sur les fonts baptismaux par le père de la Révolution burkinabè, l'IPN avait, entre autres, pour missions de contribuer à la réhabilitation de l'homme noir à travers le monde, au renforcement de sa dignité et à lui redonner sa place au sein de l'humanité.

Burkina Faso

Des atrocités commises par les islamistes armés et les forces de sécurité

Les atrocités commises par les groupes armés dans la région du Sahel, située dans le nord du… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.