14 Novembre 2018

Libye: Conférence de Palerme sur la Libye - Beaucoup de symboles, peu d'avancées

Une conférence faite d'images et de symboles, voilà comment résumer les deux jours de travaux sur la Libye qui ont eu lieu à Palerme. Ghassan Salamé, le représentant spécial sur la Libye pour les Nations unies parle de succès, tout comme le président du Conseil italien Giuseppe Conte. Un enthousiasme que ne partagent pas vraiment tous les participants de la conférence internationale.

Pour la première fois depuis le mois de mai et au terme d'un suspense qui a duré jusqu'à l'ouverture de la conférence, les quatre principaux acteurs du conflit libyen étaient présents et le Premier ministre Fayez al-Sarraj et le général Khalifa Haftar se sont rencontrés.

Une seule phrase a filtré de cet entretien : « On ne change pas de cheval au milieu du gué » aurait dit le chef de l'armée libyenne au Premier ministre du pays, sous-entendant de fait qu'il ne remettait pas en cause sa présence jusqu'aux prochaines élections.

Des propos relatés par les sources proches du gouvernement italien qu'aucun des deux protagonistes n'a confirmé puisqu'aucun d'entre eux n'a pris la parole à ce sujet. Mais qu'importe, ce qui comptait, c'était le symbole et leur poignée de main, tout sourire, en compagnie du président du Conseil italien Giuseppe Conte. Une photo relayée à l'envi et utilisée comme la preuve d'une conférence réussie.

Entente très cordiale, bonne volonté générale, grands sourires sur les visages, tel était le message des sources diplomatiques italiennes. Un point de vue que ne partage probablement pas la délégation turque qui a quitté les travaux dès la matinée dénonçant l'ingérence internationale.

Un débat qui pourrait être rouvert en tout début d'année prochaine, Ghassan Salamé souhaitant la tenue d'une nouvelle conférence internationale, en Libye cette fois.

Libye

11 chaînes de télévision interdites dans l'est du pays

Reporters sans frontières (RSF) réclame des explications au gouvernement intérimaire, basé… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.