14 Novembre 2018

Maroc: 30 ans de l'institut d'études africaines de l'Université Mohamed V de Rabat - Amadou Makhtar Mbow plaide l'éducation et la formation de la jeunesse

Le Pr. Amadou Makhtar Mbow, ancien directeur général de l'Unesco (1974-1987) est formel. Si « L'espoir d'un avenir meilleur repose, en grande partie, sur les aptitudes qui seront données à la jeunesse, féminine et masculine... c'est dans le domaine de la recherche scientifique et technique et de l'innovation, clé de l'avenir, que leur rôle sera déterminant ».

D'où l'importance qu'il y a lieu d'accorder à l'éducation et à la formation de la jeunesse, à tous les niveaux. Le Pr Mbow partageait cette réflexion à l'occasion de la célébration du trentième anniversaire de l'Institut des Etudes Africaines de l'université Mohamed V de Rabat,

En sa qualité de membre de l'Académie du Royaume du Maroc et ancien directeur général de l'Unesco de 1974 à 1987 mais aussi de ses liens étroits avec l'Institut des Etudes Africaines de l'Université Mohamed V de Rabat, depuis sa création, le Pr. Amadou Makhtar Mbow a été amené de fait à prononcer une allocution, lors du colloque organisé à l'institut en question autour du thème « Éducation scientifique : méthodes et pratiques innovantes ». Ne pouvant toutefois pas faire le déplacement par des circonstances indépendantes à sa volonté, son message a été porté à l'assistance par sa fille, le Docteur Awa Mbow Kane. Abordant sa communication par un survol de l'histoire de l'Afrique et les tares causés par la traite négrière, la colonisation comme les deux guerres mondiales au continent africain sur le plan des ressources humaines, industrielles et économiques avec le concours des Occidentaux, le Pr Mbow a tenu à relever que l'Afrique a su, après cette « saignée sans fin », se relever surtout sur le plan démographique. Et cela, grâce notamment aux progrès accomplis dans l'amélioration des conditions de vie et dans celle des services de santé publique.

Ainsi, le continent qui comptait 230 millions d'habitants en 1950 a dépassé maintenant le milliard, et on estime que sa population pourrait atteindre 2 milliards en 2050 et 4 milliards en 2100, soit alors 35% de la population totale du monde. Dans la foulée, le Pr Mbow a tenu à souligner que de « telles perspectives comportent pour tout le continent, à la fois, des exigences multiples et aussi l'espoir d'un avenir meilleur, à certaines conditions. Les exigences concernent les efforts qu'il faut déployer pour nourrir, loger, habiller, assurer la santé, éduquer, former, et fournir du travail à tous et surtout aux plus jeunes, alors que déjà le continent arrive difficilement à assurer correctement la subsistance de l'ensemble de sa population actuelle».

L'urgence de la formation scientifique et technique

Convaincu que « L'espoir d'un avenir meilleur repose, en grande partie, sur les aptitudes qui seront données à la jeunesse, féminine et masculine, ainsi qu'au rôle qui lui sera assigné au sein de chaque nation dans tous les secteurs et à tous les niveaux de la production et des services », le Pr Mbow dira que « c'est dans le domaine de la recherche scientifique et technique et de l'innovation, clé de l'avenir, que leur rôle sera déterminant. D'où l'importance qu'il y a lieu d'accorder à l'éducation et à la formation de la jeunesse (filles et garçons ensemble) à tous les niveaux ». Non sans relever que par éducation, il faut entendre non seulement « l'initiation aux connaissances acquises dans le monde et qui ont fait avancer les diverses sociétés, mais aussi la connaissance de soi et des autres à travers ce qui fait le fondement essentiel de chacun, à savoir la culture, et dans celle-ci, les valeurs qui la sous-tendent ».

Maroc

La BRVM d'Abidjan lance la 2ème cohorte de son Programme Elite avec le soutien de la Bourse de Casablanca

La Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM-Abidjan) a lancé récemment la… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.