15 Novembre 2018

Cameroun: « Les mototaxis représentent 61% du transport urbain »

Prisca Lablonde Tene Mbimi, chef service des Transports et de la Mobilité à la Communauté urbaine de Douala.

Vous êtes en pleine élaboration du PMUS, quels sont les problèmes auxquels ce plan va s'attaquer en priorité ?

L'offre infrastructurelle adéquate reste limitée et complexifie l'accès aux emplois, aux marchés ou aux services d'éducation et de santé en transport public ou à pied. Il existe en effet des zones difficiles d'accès aux transports publics et à la mobilité douce (déplacement à pieds, vélos, etc.). Bien plus, l'insuffisance qualitative et quantitative des services de transport public, couplée à la faiblesse de la réglementation et de la police de la circulation, la congestion du trafic et à l'incivisme de la population exercent des rétro actions négatives sur la santé et la sécurité des populations. Aussi, la multiplicité des acteurs intervenant dans le secteur, en l'absence d'une organisation formalisée entre ceux-ci, constitue un défi de gouvernance non négligeable.

Quel mode de transport est préconisé pour résoudre les problèmes de mobilité dans la ville?

Le diagnostic du PMUS de la ville de Douala, réalisé de février à juin dernier, restitué à l'occasion de la mission conjointe de notre partenaire Bordeaux Métropole et d'un groupe d'experts en juillet 2018, a permis de conclure sur la base des données de terrain objectivement vérifiables, que la stratégie du PMUS de Douala se construirait aussi autour du transport de masse. Permettant ainsi la prise en compte du rôle économique stratégique de Douala et ses besoins en termes d'intermodalité, de multimodalité, de hiérarchisation du réseau de transport et bien évidement de l'articulation urbanisme / transport.

Pensez-vous que les mototaxis puissent formellement faire partie de la multimodalité de la ville de Douala ?

Les études menées dans le cadre de l'élaboration du PMUS montrent que la part modale des mototaxis s'élève à près de 61%. A cet effet, il est important d'organiser les déplacements par ce mode. C'est ainsi qu'il a été proposé de professionnaliser ce secteur à travers le développement d'un programme en partenariat avec les associations, qui consiste à s'appuyer sur les organisations existantes pour créer un climat de confiance, identifier les motos-taximen et améliorer la sécurité des usagers. Ceci en facilitant l'accès au permis de conduire et en généralisant le port de chasubles et de numéros d'identification. L'amélioration de la qualité de service par des mesures annexes en initiant le développement d'une plateforme de réservation et de notation des conducteurs de mototaxi constitue également un axe d'amélioration. Il en est de même de la limitation du nombre de points de chargement sur les routes bitumées

Cameroun

Crise dans la zone anglophone - Vers de prochaines libérations

Au Cameroun, le tribunal militaire de Yaoundé a confirmé, vendredi 14 décembre, la prochaine… Plus »

Copyright © 2018 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.