15 Novembre 2018

Cameroun: «Il s'agit d'une réponse aux désidérata de la jeunesse»

interview

Pr. Jacques Fame Ndongo, ministre de l'Enseignement supérieur.

Monsieur le ministre, le président de la République vient d'ordonner le recrutement, sur une période de trois ans, de 2 000 enseignants au profit des universités d'Etat. Votre première analyse de cette décision en qualité de Chancelier des Ordres académiques ?

Lors de sa prestation de serment, le 6 novembre 2018, le président de la République réitérait sa grande sollicitude pour la jeunesse et sa volonté d'exaucer les désidératas légitimes de cette strate sociale névralgique. Le recrutement spécial de 2 000 enseignants titulaires du doctorat ou du PhD participe de cette vision stratégique du président Paul BIYA qui a martelé le 6 novembre 2018 : « Le Cameroun de demain se fera avec vous », faisant allusion à la jeunesse. Comme vous le savez, le président de la République a créé huit universités, en lieu et place de la seule Université de Yaoundé qui existait jusqu'au 19 janvier 1993 (Bamenda, Buéa, Douala, Dschang, Maroua, Ngaoundéré, Yaoundé 1 et Yaoundé 2) et près de 100 établissements d'enseignement supérieur à vocation professionnelle, technologique ou classique. Pour matérialiser le triptyque « assurance qualité-professionnalisation - employabilité des diplômes » dans les Universités, il faut des enseignants compétents et compétitifs. D'où la réponse prompte et idoine du chef de l'Etat qui avait déjà prescrit le 22 février 2018 une étude méthodique sur cet impératif catégorique (faisabilité technico-académique et soutenabilité financière, dans le strict respect de l'orthodoxie des normes universitaires).

Le recrutement est ouvert uniquement aux titulaires d'un doctorat /PhD. Pourquoi ?

Le chef de l'Etat privilégie la qualité, l'expérience et la norme académique universelle (assurance-qualité).

Peut-on avoir une idée des différentes filières qui sont concernées par les 2 000 postes ouverts ?

Dès que le Premier ministre, chef du gouvernement m'a répercuté les très hautes directives du chef de l'Etat, j'ai demandé aux recteurs et Vice-Chancellors des Universités d'Etat de me faire tenir l'état de leurs besoins en enseignants, établissement par établissement, filière par filière. Ils l'ont fait illico presto. C'est sur cette base que le Premier ministre, après validation, par le ministère des Finances, de la soutenabilité financière, a transmis à M. le ministre, Secrétaire général de la présidence de la République, un dossier exhaustif et circonstancié sur la faisabilité technique et la soutenabilité financière de cette opération d'envergure. Les différentes filières concernées seront annoncées par les recteurs et Vice-Chancellors, lors de l'ouverture des postes qui aura lieu dans les meilleurs délais, après le travail de la commission centrale que le ministre, Secrétaire général de la présidence de la République a prescrite en vue d'assurer la coordination de l'opération. Elle est logée dans les services du Premier ministre, chef du gouvernement.

Dans son communiqué de presse, le ministre, Secrétaire général de la présidence de la République indique que des directives sur les principes et les modalités en vue de la mise en œuvre de cette décision présidentielle ont été données. Peut-on en savoir plus ?

Les très hautes directives du chef de l'Etat, relativement à cette opération spéciale, ont été transmises à M. le Secrétaire général des Services du Premier ministre, chef du gouvernement avec ampliation aux ministres de l'Enseignement supérieur, de la Fonction publique et de la Réforme administrative et des Finances. Elles sont les suivantes : le recrutement est réservé exclusivement aux titulaires du doctorat ou du PhD ; une mesure dérogatoire est accordée pour les candidats qui sont âgés de 45 ans maximum ; le recrutement spécial est ouvert aux Camerounais de la diaspora qui remplissent les conditions académiques requises ; ce recrutement est aussi ouvert aux fonctionnaires titulaires du doctorat ou du PhD provenant d'autres corps, mais désireux d'enseigner dans les Universités d'Etat ; les établissements nouvellement créés ainsi que les filières dites orphelines seront privilégiés ; les commissions de recrutement sont mises en place dans chaque Université d'Etat selon la procédure réglementaire (département, établissement, Rectorat au niveau de la Commission de recrutement des assistants) ; la coordination de l'opération est assurée par une commission centrale logée dans les services du Premier ministre, chef du gouvernement.

Des dispositions particulières sontelles prises pour favoriser le dépôt de leurs dossiers par les compatriotes de la diaspora ?

Les Camerounais de la diaspora sont soumis aux mêmes conditions que ceux de l'intérieur. S'agissant du dépôt des dossiers, ils peuvent expédier ceux-ci en version numérique dans le site Web du ministère de l'Enseignement supérieur (www.minesup.gov) ; les auditions pourront se faire a posteriori au Cameroun, après l'éligibilité du requérant. Leurs dossiers seront transférés aux Universités, sous bordereau, par le ministère de l'Enseignement supérieur en liaison avec la Commission centrale logée dans les Services du Premier ministre, chef du gouvernement, pour examen rigoureux, avis motivé et retour aux instances compétentes. Les dossiers seront examinés avec méthode, rigueur et objectivité pour que seuls les plus méritants soient recrutés.

Cameroun

Garoua - Le Fsnc offre 1000 tables-bancs

Le parti du ministre Issa Tchiroma Bakary vient de faire un don à certains établissements scolaires du… Plus »

Copyright © 2018 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.