Seychelles: Les Seychelles construisent de nouveaux petits réservoirs en utilisant des méthodes naturelles pour stocker l'eau

Un projet aux Seychelles crée des réserves d'eau douce en utilisant une démarche qui met l'accent sur une approche naturelle d'ingénierie avancée.

Le projet d'adaptation au changement climatique aux Seychelles (EBA), fondé sur les écosystèmes, a permis de construire le tout premier barrage de gabions dans la zone humide de Bougainville dans le district de Takamaka, au sud de l'île principale de Mahé.

Le barrage de 40 mètres de long contient actuellement environ 35 millions de litres d'eau. En termes d'ingénierie, un barrage est une obstruction artificielle dans un cours d'eau pour augmenter la profondeur de l'eau.

Johan Mendez, consultant du projet, a déclaré à la SNA la semaine dernière que «cela a permis d'accroître la résilience au changement climatique et de générer des avantages pour l'approvisionnement en eau pour la consommation humaine, la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance».

M. Mendez a ajouté que cette approche offre une alternative au dessalement pour la production d'eau potable et la durabilité de notre environnement.

«Dans les rivières, les déversoirs en gabions agissent comme des filtres et permettent la création d'un écosystème de zones humides lorsqu'ils sont combinés au génie industriel. Comme sa fonction première est de retenir l'eau, il s'agit de la pierre angulaire d'un écosystème de zones humides artificielles, d'écosystèmes entiers, fonctionnant dans et autour de l'eau », a expliqué M. Mendez.

Un gabion est une cage, un cylindre ou une boîte remplie de roches, de béton, ou parfois de sable et de terre, destinée au génie civil, à la construction de routes, à des applications militaires et à l'aménagement paysager.

Photo : La construction du système de gabions est la voie à suivre pour s'attaquer au problème des pénuries d'eau et du stockage aux Seychelles (Salifa Karapetyan, Seychelles News Agency) Photo License: CC-BY

Le projet EBA a identifié sept emplacements différents sur l'île de Mahe pour la construction de ces barrages de gabions.

Le projet prévoit une formation sur le site pour renforcer les capacités locales en matière de construction d'un barrage de gabions en tant qu'approche écosystémique du stockage de l'eau aux Seychelles - un groupe de 115 îles situées dans l'ouest de l'océan Indien.

Deux formations distinctes ont été organisées, l'une pour les entrepreneurs, les agriculteurs et les autres personnes intéressées. Le deuxième, qui a débuté la semaine dernière à Val d'En Dor, à Baie Lazare, est destiné aux étudiants suivant un diplôme en construction à l'Institut de technologie des Seychelles.

Les étudiants suivent une formation et commencent à construire un nouveau barrage d'environ 60 mètres de long. Le cours pratique porte sur le montage et l'assemblage de gabions, ce qui permettra de créer un nouveau barrage filtrant qui profitera à la communauté agricole de la région.

«Nous avons identifié cette zone car elle dispose d'une source d'eau. De plus, sa topographie ressemble à un bassin, ce qui la rend idéale pour le stockage de l'eau», a expliqué Pascal Octave, formateur de la session de renforcement des capacités.

M. Octave a déclaré que ce système de gabion est la voie à suivre pour s'attaquer au problème des pénuries d'eau et du stockage aux Seychelles. "Il est important d'inclure la jeune génération, car elle peut ensuite reproduire cette méthode dans son travail."

«C'est le moyen le plus naturel de stocker l'eau car elle est filtrée naturellement», ajoute M. Octave, «même si l'eau coule, il y aura toujours un stockage d'eau dans cette zone».

Angie Aimable, la seule femme ayant assisté à la formation a déclaré que le système de gabion était très nouveau pour elle. «En même temps, c'est très excitant, car c'est un moyen très simple de créer de puissants barrages permanents au lieu de construire de grands murs en béton, qui peut coûter très cher.»

Ben Hermitte - un contracteur qui a assisté à la première formation - participe également à la deuxième session car il souhaitait approfondir ses connaissances sur cette approche qu'il qualifie de fascinante.

«C'est une très bonne approche pour l'environnement. J'ai vu le barrage achevé et je consacre maintenant mon temps sur une base volontaire pour construire celui-ci et d'autres à venir car ce sera ma contribution pour la communauté seychelloise », a déclaré M. Hermitte.

Le deuxième barrage devrait être terminé d'ici la mi-décembre. Le consultant du projet a déclaré que le projet serait ensuite transféré sur d'autres sites pour la construction de ces réserves d'eau.

«Comparé à un barrage conventionnel, le barrage filtrant en gabion est beaucoup plus facile, fabriqué par les Seychellois et peu coûteux à construire. En outre, l'empreinte sur l'écosystème de l'île est positive car elle profite en aval de la protection des récifs de la pollution due à la dégradation des sols lors de fortes pluies », a déclaré M. Mendez.

Aux Seychelles, l'adaptation fondée sur les écosystèmes au changement climatique est financée par le Fonds pour l'adaptation, qui finance des projets et des programmes aidant les communautés vulnérables des pays en développement à s'adapter au changement climatique. Les initiatives sont basées sur les besoins, les points de vue et les priorités des pays.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.