15 Novembre 2018

Burkina Faso: Accès des femmes aux services financiers

La ministre de l'Economie, des Finances et du Développement, Rosine Sory Coulibaly a lancé officiellement, le jeudi 15 novembre 2018, à Ouagadougou, les activités du Programme d'appui à la résilience économique et climatique des populations au Burkina.

Le Burkina Faso dispose désormais d'un programme d'appui à la résilience économique et climatique des populations, basé sur les innovations financières et digitales.

La chef du département de l'Economie, des Finances et du Développement, Rosine Sory Coulibaly, a donné le top de départ de ses activités, le jeudi 15 novembre 2018, à Ouagadougou.

A la demande du gouvernement, le programme d'appui à la résilience économique et climatique des populations a été initié par le Fonds d'équipement des Nations-unies (UNCDF) et la coopération luxembourgeoise au Burkina Faso.

Il a une durée d'exécution de trois ans et va être, d'abord, expérimenté dans trois régions pilotes que sont le Centre, le Centre-Est et l'Est.

L'objectif principal de l' UNCDF est de contribuer à l'accroissement de la productivité et des revenus des femmes et des jeunes, en tirant profit des innovations digitales, financières et non financières, pour améliorer leur accès aux financements et opportunités économiques.

Il concerne également les exploitants agricoles et les micros, petites et moyennes entreprises. « Nous avons deux axes principaux d'intervention.

Le premier vise à utiliser les innovations de finance digitale, pour permettre un accroissement de l'inclusion financière des populations marginalisées. Le second volet est la promotion de l'entrepreneuriat », a précisé le directeur de l'UNCDF, Henri Dommel.

Le programme d'appui à la résilience économique et climatique des populations s'appuie sur les stratégies du Programme d'appui au développement local (PADEL). Il bénéficie aussi de l'expérience du Luxembourg, « très engagé » dans le secteur de la finance inclusive.

Pour réussir à l'implémenter au Burkina, la représentante de la coopération Luxembourgeoise, Sara Bolliri recommande une approche mutli-acteurs, incluant secteur privé, banques, fonds d'investissement, ONG. « C'est tout un écosystème que nous devons soutenir pour permettre à tous d'avoir accès aux services financiers et non financiers.

Nous pourrons ainsi booster une économie inclusive et durable », a-t-elle affirmé. De quoi rassurer la ministre de l'Economie, des Finances et du Développement Mme Coulibaly pour qui l'UNCDF est un outil à même de permettre de se conformer aux engagements internationaux, de lutter contre la pauvreté et les inégalités, de créer des emplois décents et de promouvoir un développement vert. « C'est du tout bénéfice pour les populations », a-t-elle indiqué.

A terme, 30 000 femmes et jeunes filles vont accéder aux services financiers formels et aux moyens digitaux de financement, 7 500 autres utiliseront le porte-monnaie électronique et plus de 1 300 000 000 FCFA d'épargne seront mobilisés.

Aussi, 3 000 agriculteurs utiliseront les innovations digitales pour s'informer et accéder aux marchés. « Nous n'avons plus besoin de nous promener avec des liquidités, avec les risques de vol, de perte et d'incendie. Avec le porte-monnaie électronique, on peut aussi gérer, acheter, vendre et épargner.

C'est un modèle de développement nouveau », s'est réjoui Rosine Coulibaly. La représentante résidente du Système des Nations-unies au Burkina, Metsi Makhetha a rassuré le gouvernement du soutien de son institution pour la réussite du programme.

Burkina Faso

Planification familiale - Sénégal, Burkina Faso et Côte d'Ivoire cités en exemple

Le Sénégal, le Burkina Faso et la Côte d'Ivoire ont été cités en exemple, lors… Plus »

Copyright © 2018 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.