16 Novembre 2018

Gabon: Les services du FMI achèvent leur mission de revue au Gabon

document

Les communiqués de presse de fin de mission contiennent des déclarations des équipes des services du FMI qui rendent compte de leurs conclusions préliminaires après leur visite dans un pays.

Les avis exprimés dans la présente déclaration sont ceux des services du FMI et ne correspondent pas nécessairement à ceux du conseil d'administration du FMI. À partir des conclusions préliminaires de cette mission, les services du FMI prépareront un rapport qui, sous réserve de l'approbation de la direction, sera présenté au conseil d'administration pour examen et décision.

Une mission du Fonds monétaire international (FMI) dirigée par M. Boileau Loko a séjourné à Libreville [1] du 7 au 16 novembre pour mener les entretiens relatifs à la troisième revue de l'accord élargi en faveur du Gabon au titre du mécanisme élargi de crédit (MEDC) [2].

À l'issue de la mission du FMI, M. Loko a publié la déclaration ci-après :

« L'activité économique se redresse : la croissance est estimée à environ 1,2 % en 2018, contre 0,5 % en 2017, bien que la production de pétrole ait été inférieure aux prévisions. L'inflation est montée à 3,4 % (moyenne sur 12 mois) en septembre 2018, en raison de la hausse des prix de l'alimentation et de la répercussion de l'augmentation des prix internationaux du pétrole. Les résultats budgétaires à fin septembre ont été meilleurs que prévu, les recettes non pétrolières étant supérieures à l'objectif.

« La reprise devrait s'affermir en 2019 et les perspectives à moyen terme restent prometteuses, avec une projection de croissance du PIB de 3,1 % en 2019 et 5 % à moyen terme. Parmi les risques entourant les perspectives figurent l'absence de mise en œuvre de la consolidation budgétaire prévue, un ralentissement de la croissance mondiale et un durcissement prononcé des conditions financières mondiales.

« Les services du FMI saluent les efforts que les autorités déploient pour améliorer l'exécution du programme depuis la deuxième revue. La plupart des cibles fixées pour fin septembre 2018 ont été atteints. La majorité des réformes structurelles appuyées par le programme ont été mises en œuvre, bien qu'avec certains retards.

« La consolidation budgétaire demeure une priorité du programme. La mission a noté que les autorités sont déterminées à mettre en œuvre toutes les mesures essentielles qui figurent dans la loi de finances rectificative 2018 afin d'atteindre l'objectif de déficit budgétaire à la fin de l'année. La politique budgétaire pour 2019 vise à continuer d'accroître les recettes non pétrolières, à maîtriser la masse salariale et à améliorer la composition des dépenses publiques afin de créer un espace pour les dépenses sociales et les dépenses d'investissement qui sont prioritaires.

« Une amélioration de l'exécution du budget, un alignement des engagements de dépenses et des plans de trésorerie, ainsi que la mise en œuvre du compte unique du Trésor renforceront la transparence, la gestion de la trésorerie et le suivi du budget. Il est nécessaire aussi de continuer à améliorer la gestion de la dette et la gestion de trésorerie afin d'éviter l'accumulation d'arriérés intérieurs et extérieurs.

« La mission a mis en évidence les risques budgétaires que représentent les entités publiques. En dépit de certains progrès, la situation financière de plusieurs entités et entreprises publiques reste précaire, et faute d'une amélioration, pourrait représenter des passifs conditionnels considérables pour l'État. Les autorités ont réitéré leur détermination à renforcer le contrôle des dépenses des comptes spéciaux.

« La mission a souligné qu'il est nécessaire d'accélérer la liquidation des trois banques en difficulté et de s'attaquer promptement au niveau excessif des prêts improductifs afin de renforcer le secteur bancaire et d'encourager le crédit au secteur privé. Il est crucial aussi de continuer d'améliorer le climat des affaires.

« La mission a noté avec satisfaction que les autorités sont déterminées à agir de manière à préserver la stabilité monétaire de la région. Il s'agit notamment de poursuivre l'assainissement des finances publiques et de prendre des mesures tangibles pour renforcer le respect de la réglementation des changes, notamment en ce qui concerne le rapatriement des recettes d'exportations, qui constitue une mesure cruciale pour reconstituer les réserves de change de la BEAC.

« Le conseil d'administration du FMI pourrait examiner la troisième revue en décembre 2018.

« La mission tient à remercier les autorités gabonaises pour les entretiens constructifs et pour leur hospitalité chaleureuse. »

[1] La mission a rencontré le directeur de cabinet du président, M. Brice Laccruche, le ministre de l'Économie, M. Jean-Marie Ogandaga, le ministre d'État et ministre du Budget, M. Jean-Fidèle Otandault, le ministre d'État et ministre de l'Éducation nationale, M. Francis Nkea Nzigue, le ministre du Pétrole et des Hydrocarbures, M. Pascal Houagni Ambouroue, le directeur national de la BEAC et d'autres hauts fonctionnaires, ainsi que les représentants du secteur privé, de la société civile et des partenaires internationaux au développement. Une conférence de presse s'est déroulée à la fin de la mission.

[2] Le 19 juin 2017, le conseil d'administration du FMI a approuvé en faveur du Gabon un accord élargi d'un montant de 464,4 millions de DTS (environ 642 millions de dollars, soit 215 % de la quote-part du Gabon au FMI) au titre du mécanisme élargi du crédit à l'appui du programme de redressement économique à moyen terme du pays. La deuxième revue du programme a été achevée le 1er août 2018.

Gabon

CAN U17 - Les cadets iront au Gabon

Le pays a été désigné le week-end dernier par la Confédération africaine de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Organisations Internationales et l'Afrique

Plus de: IMF

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.