17 Novembre 2018

Egypte/Tunisie: Les Pharaons chassent le signe indien

Cela faisait seize ans - une éternité !- que l'Egypte n'avait pas battu la Tunisie dans un match officiel. Depuis janvier 2002, les Pharaons étaient restés impuissants dans les trois matches officiels, tous perdus. La dernière victoire remontait à la CAN 2002 (1-0) grâce à un but d'Hazem Imam.

Eh bien, sous la coupe du Mexicain Javier Aguirre Onaindia, et conduits par un Mohamed Salah décisif, à défaut d'être constant, les Pharaons ont réussi à briser le signe indien, vendredi soir au stade Borj El Arab d'Alexandrie.

En s'imposant (3-2) dans le match de la 5e journée des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations "Cameroun-2019", ils rejoignent les Aigles de Carthage à la première place du groupe "J" avec 12 points. Toutefois, à une journée de la fin, c'est la Tunisie qui est première grâce au plus grand nombre de buts marqués à l'extérieur dans les confrontations directes.

En effet, si l'Egypte n'avait inscrit aucun but au match aller à Radès, le 11 juin 2017 (défaite 1-0), eh bien, la Tunisie a réussi à marquer deux buts en terre égyptienne. Logiquement, les copains de Wahbi Khazri doivent garder leur leadership jusqu'au bout puisqu'un dernier match facile les attend, le 22 mars 2019 à domicile contre la lanterne rouge, eSwatini (ex-Swaziland).

En tout cas, le public moyen qui a effectué vendredi le déplacement de l'enceinte de Borj El Arab n'a pas eu à le regretter tellement la partie a été animée, intéressante et à suspens à défaut de proposer un grand contenu technique.

La Tunisie de l'après-Faouzi Benzarti aurait pu l'emporter sans l'occasion immanquable ratée par Rami Bedoui à la 83e minute alors que le score était nul (2-2). Habilement lancé en profondeur par Bassem Srarfi qui venait d'effectuer son entrée en jeu, Bedoui perd son duel contre le portier égyptien Mohamed Chennaoui.

Cela arrivait contre le courant du jeu puisque les locaux avaient pris les rênes du jeu dès le retour des vestiaires.

C'est ainsi que l'inévitable "Mo" Salah avait touché le montant de l'excellent Farouk Ben Mustapha à la 70e.

La répétition du but de la victoire inscrit à la dernière minute du temps réglementaire: une-deux avec El Nenni, et en un tour de main, le buteur de Liverpool met dans le vent un Yassine Meriah, vendredi à la peine, avant de lober le keeper tunisien.

Dès le coup d'envoi donné par le Sud-africain Victor Gomez, la Tunisie montre de quel bois elle se chauffe. Son leader d'attaque, Wahbi Khazri frappe le montant sur coup franc (2'). Avant que Naim Sliti, très inspiré dans cette douce soirée, donne l'avantage aux siens (13') au terme d'une longue ouverture de Ferjani Sassi.

Les Pharaons reviennent au score à la 32' par le biais de Trezeguet, Skhiri déviant de façon involontaire le ballon. Et prennent les devants à l'heure de jeu par Mohamedi, de la tête, suite à un coup franc de Warda.

La Tunisie égalise (2-2) par Sliti qui profite d'une remise maladroite de Higazi. Avant que l'inévitable Salah n'offre donc aux Pharaons une victoire de prestige.

La Tunisie n'a toujours pas de défense. Tout comme l'Egypte, elle reste fragile dans ce compartiment. Le tandem Maher Kanzari - Mourad Okbi a d'une certaine façon aidé les locaux à renverser la vapeur en libérant Salah suite à la sortie de Haddadi qui avait réussi jusque-là parfaitement à le museler. D'ailleurs, cela n'a pas été le seul changement maladroit dans le camp tunisien.

Bien entendu, cette posture inédite de deux co-sélectionneurs ne va pas durer. Il faudra tôt ou tard que la fédération se décide à trancher si vraiment elle compte reconduire ce tandem au lieu de nommer un nouveau sélectionneur. La malédiction Benzarti, évincé gratuitement commence-t-elle à produire son effet ?

Déclarations

Javier Aguirre (sélectionneur de l'Egypte)

"Nous pratiquons désormais un jeu plus ouvert et porté vers l'offensive. Opter pour la défensive reste la solution de facilité. Toutefois je n'aime pas trop ce procédé. Nous avons joué 4 matches, encaissant 4 buts en inscrivant 15. Cela prouve notre force. Nous sommes premiers sur le plan défensif. La Tunisie a été un adversaire coriace, mais nous voulions davantage les trois points".

Maher Kanzari (co-sélectionneur de la Tunisie)

"On a tenté de faire de notre mieux. Nous avons eu tout juste trois jours pour préparer ce match, mais toutes les nations sont logées à la même enseigne et manquent de temps de préparation. On a voulu installer une identité à base de conservation de la balle. On y a relativement réussi devant l'Egypte qui reste un adversaire de qualité. Le match aurait pu basculer sur la fin d'un côté comme de l'autre. Mais il y avait un joueur hors du commun qui a laissé sa marque. Je suis satisfait de notre rendement même si, défensivement, on manqué de rigueur. Et cela ne concerne pas uniquement les quatre joueurs alignés dans ce secteur".

Egypte

CAN 2019 - L'Egypte prête à sauver la CAF ?

À la suite du retrait du Cameroun de l'organisation par la Confédération africaine de football… Plus »

Copyright © 2018 Confederation of African Football. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.