16 Novembre 2018

Congo-Kinshasa: Des voix s'élèvent à Béni, ville harcelée par les "terroristes"

Alors qu'une opération conjointe des forces congolaises et de la Monusco a été lancée contre les rebelles ADF, ceux-ci ont attaqué en représailles la cité d'Oicha, située à 30 kilomètres au Nord de la ville de Beni.

L'attaque du groupe des Forces démocratiques alliées (ADF) à Oicha jeudi (15.11.) a surpris tout le monde dans cette région.

Alors que l'attention des habitants de Beni ville était braquée sur la partie Nord-Est, vers le parc de Virunga dans les Mayangose où les bastions des rebelles ougandais de l'ADF sont en train d'être détruits par les troupes de l'armée de la RDC, appuyées par les soldats de l'ONU, les ADF ont attaqué Oicha.

Des dégâts importants

Le bilan définitif de l'incursion à Oicha est de cinq personnes tuées, trois blessées, des boutiques pillées ainsi que douze maisons incendiées. Pour prévenir d'autres représailles de la part des rebelles, la société civile interpelle l'armée congolaise et la brigade d'intervention de la mission onusienne, la FIB, sur leur rôle de protéger les agglomérations afin d'éviter le pire.

"Qu'ils fassent tout pour protéger les villages et les villes, pour barrer la route à ces terroristes et les empêcher de faire des incursions pour massacrer les gens, comme cela a été le cas à Oicha, où ces bandits ont opéré en tuant des civils alors qu'ils sont traqués et continuent à subir des frappes dans les Mayangose, à Malolu et aux environs de la ville de Beni ", suggère Kizito Bin Hangi le président de la société civile de Beni dans une interview à la DW.

La peur se répand

Pendant que les frappes aériennes et les opérations terrestres s'intensifient contre les bastions des ADF qui opposent une résistance farouche aux troupes de la coalition, les habitants de Ngite, Mangboko, Oicha, Mukolo et Kokola vivent dans la peur, ne sachant pas ce que leurs réservent les rebelles qui seraient en déplacement dans les forêts qui environnent les zones ciblées par les frappes.

Les attaques des ADF à Beni ont eu pour conséquence l'arrêt des cours dans les écoles et le déplacement de la population des quartiers moins sécurisés de la commune de Rwenzori vers d'autres parties de la ville. Les habitants conditionnent leur retour et la reprise des cours dans les écoles à la restauration de la sécurité dans les périphéries de la ville de Beni.

En attendant, les détonations des bombes sont devenues quotidiennes pour la population depuis le lancement de l'opération militaire conjointe dans le parc de Virunga. L'accalmie observée cette fin de semaine ne semble pourtant pas rassurer.

Congo-Kinshasa

Inquiétude à Béni avant la présidentielle de dimanche

Une nouvelle attaque repoussée contre un bâtiment de la Céni provoque l'inquiétude avant la… Plus »

Copyright © 2018 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.