19 Novembre 2018

Centrafrique: A Bangui, méfiance de mise dans le quartier d'Alfred Yekatom Rhombot

Photo: Till Muellenmeister/IRIN
(Photo d'archives) - Des combattants anti Balaka a Bangui traquant des musulmans

L'ancien chef anti-balaka Alfred Yekatom Rombhot sera jugé à la CPI pour des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité commis entre décembre 2013 et août 2014 à Bangui et dans le sud-ouest du pays. Au lendemain de son extradition, à Bimbo, quartier où il vivait et où était implantée sa société de sécurité privée, il est encore difficile de parler ouvertement de l'ancien chef de guerre.

Devant le bureau de la société de sécurité de Rombhot, on nous demande gentiment de partir. « On ne connaissait pas ce monsieur », répète le voisinage.

Un jeune homme se dit soulagé, « c'est bien, il mérite d'être jugé » affirme-t-il. Mais ici, tout le monde craint encore le chef de groupe armé et personne ne veut vraiment parler. Certains sont contrariés. « Pourquoi avoir une nouvelle fois arrêté un anti-balaka ? »

Seul le chef de quartier Brice Ngolo-Amoloma accepte de commenter la situation : « Les gens ont peur que demain Rambo soit tué, parce que là-bas on nous parle toujours d'empoisonnement. Donc on a entendu que Rombhot était parti à la CPI, ça nous a beaucoup dérangés parce que c'est notre frère. Tout simplement, on devait le juger dans son pays. Il a fait l'acte dans son pays, on devait le juger ici ! Pour savoir ce qu'il s'est passé. On devait suivre ça. »

A Bimbo, au lendemain du départ de Rombhot pour La Haye, le quotidien se poursuit normalement. Ménage, cuisine, prière, le chef de quartier assure que tout va bien : « Le quartier était calme quand Rombhot a été arrêté. Il était l'honorable de Mbaïki 2, il habite dans mon quartier ici à Bimbo avec sa femme, toute la famille ici. Non, y a pas de problèmes, on est calmes, on prie beaucoup le Bon Dieu de protéger sa femme et ses enfants. »

Devant la concession de Rombhot, des hommes semblent monter la garde. Sa femme est enceinte de 7 mois d'un quatrième enfant. Elle est visiblement fatiguée et inquiète. Elle regrette de ne pas avoir pu dire au revoir à son mari.

C'est un avertissement pour les autres groupes. Il faut stopper ces actes de guerre...

En savoir plus

CPI - Une nouvelle chance de rendre justice

La Cour pénale internationale (CPI) a une nouvelle opportunité pour rendre justice aux victimes en… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.