19 Novembre 2018

Afrique: Stan Lee (1922-2018)

C'était une journée au cours de laquelle les nuages menaçaient en permanence: les couleurs d'un orage à venir assombrissaient l'air qui jouait au yoyo en faisant s'alterner le chaud et le froid. La nuit venue, le tonnerre n'a toujours pas grondé mais la foudre l'a devancé. Elle frappa le monde entier et le marteau de Thor a été impuissant face à son intensité : Stan Lee est mort.

À l'annonce de la nouvelle, ma collection de comics Marvel, dont plus de la moitié attendent encore le jour où ils feront plaisir à mes yeux et à mon imagination, a martyrisé mes pensées. Une soudaine culpabilité irrationnelle, causée par ma préférence assumée pour la Justice League de l'univers DC et le dédain que j'ai manifesté à l'égard des Avengers. Pourtant, en dépit de ce peu d'intérêt pour la personne et ses créations, je ne pus nier l'ampleur de son apport à la culture pop, qui depuis cinq décennies, reçoit les contributions de Stan Lee.

Stan Lee partage, avec d'autres icônes qui ont pu défier la succession mortelle et inéluctable des années, cette impression qu'ils laissent sur ceux qui les voient vieillir: ces derniers, ayant fini par croire en leur immortalité, ont du mal à accepter le décès du géant qu'on croyait invincible. Malgré ma quasi-indifférence pour l'univers créé par Stan Lee, un fait demeure incontestable : il a mérité la place de taulier qu'il occupe dans l'univers des comics.

De son talent créateur surgit la plus grande mythologie contemporaine avec ses dieux dont le panthéon est une reprise de la mythologie nordique. Une mythologie dont les héros surtout continuent d'occuper une place de choix dans notre culture. De ces héros, de ces figures idéales du justicier, on aime les voir mettre leurs pouvoirs au service de l'humanité qui n'est pas pour eux un monde à part.

Car Stan Lee nous a donné des héros proches de nous : non seulement ils sont les produits de la société humaine, mais ils vivent aussi nos tourments, sont aussi névrosés que tout être humain normal. Ainsi si les X-Men semblent en permanence être en quête de la perfection, c'est que justement ils sont imparfaits et vulnérables. L'armure de Tony Stark, alias Iron Man, n'a pas pu le protéger de l'alcoolisme. Aux antipodes de certains de ses collègues milliardaires, Peter Parker ou Spider-Man est issu des bas quartiers. Le Dr Bruce Banner ne parvient pas à réprimer la colère et la fureur qui le métamorphosent en Incroyable Hulk.

Pour les films Marvel, il y aura un après : en laissant la société de production orpheline, Stan Lee a aussi privé les futurs films de la franchise de ses caméos qui ont, à l'instar de ceux d'Alfred Hitchcock, gagné le droit d'être accompagnés de l'adjectif « culte ».

On n'oubliera pas que le monde a connu Stan Lee. Si sa vie terrestre a atteint son terme, son immortalité est pourtant bien assurée : son œuvre, ses créatures resteront bien présentes et vivantes en bandes dessinées et au cinéma. Certains fans l'imaginent peut-être à Asgard en train de consommer des pommes d'or d'Idunn, les fruits qui procurent à Thor, à Odin ou à Loki leur jeunesse éternelle.

Afrique

Dr. Moet de l'OMS – « Notre objectif est d'éliminer complètement la transmission mère-enfant du VIH »

En novembre 2015, les pays de la région Afrique de l’Ouest et du Centre (AOC) se sont engagés… Plus »

Copyright © 2018 L'Express de Madagascar. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.