Sénégal: Sédhiou - Formation pilote en techniques de paludologie, 24 infirmiers chefs de poste opérationnels

19 Novembre 2018

La région de Sédhiou a abrité du 12 au 17 novembre dernier les premiers cours en paludologie à l'intention de 24 infirmiers-chefs de poste de la région. L'objectif est de les outiller à même de prévenir et de prendre précocement les cas de paludisme.

Une mise à l'échelle est impatiemment attendue dans le sillage de l'accélération de la phase actuelle de pré-élimination du paludisme.

Il s'agit en effet d'un programme pilote de formation des infirmiers chefs de poste en techniques de prévention et de prise en charge précoces des cas de paludisme.

Sédhiou qui a abrité ce premier cours en paludologie à l'échelle opérationnelle, du 12 au 17 novembre dernier, a inscrit 24 infirmiers très attendus dans l'accélération de la phase de pré-élimination du paludisme saisonnier dans la région.

Amadou Yéri Camara, le médecin-chef de la région médicale de Sédhiou note que « la plupart des consultations se font au niveau périphérique donc au niveau poste de santé, et pour avoir un réel impact il faudrait que les agents de premier niveau puissent être formés aussi bien que les cadres.

Ils seront ensuite de vrais manageurs. Il ne s'agira plus d'attendre qu'il y ait des cas de paludisme mais de procéder à une analyse situationnelle des défis et les prendre en charge ».

Une session très attendue, selon les participants visiblement très engagés à relever le défi. Mansana Fall, l'infirmier chef de poste de N'diama, fait observer que « nous qui sommes au niveau opérationnel, c'est ce genre de formation dont on a besoin.

On ne devrait plus attendre des cas de paludisme pour les soigner pour que Sédhiou puisse être stratifiée en zone de pré élimination du paludisme ».

Dans un tout autre registre et comme pour dissiper les inquiétudes au sujet de la spirale de grèves qui étrangle le secteur de la santé, le médecin-chef de région, Amadou Yéri Camara, rassure qu' « il est vrai qu'on n'a pas la situation exhaustive à cause de la situation sociale.

Mais comme vous le savez, si vous observez un mouvement de grève et qu'à côté ce n'est pas le cas, naturellement il y aura de l'affluence vers celui qui reçoit les patients.

Ce qui peut donner une fausse impression d'augmentation de cas alors que c'est seulement un déplacement de cas ». Le patron de la région médicale de Sédhiou d'ajouter que « la maladie se prend en charge correctement, les produits de diagnostic existent ainsi que les moyens de prévention ».

L'adjoint au gouverneur de Sédhiou chargé des affaires administratives Alioune Badara Mbengue souhaite une mise à l'échelle diligente de ce programme, et au nom du Programme national de lutte contre le paludisme, Dr Abdoulaye Bâ et Libasse Gadiaga ont rassuré de la volonté des responsables à l'étendre partout au Sénégal et anéantir de fait la prévalence du paludisme dans le pays.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.