Angola: Le fonds global alloue plus de 50 millions de dollars pour lutter contre le VIH

Luanda — Cinquante-huit millions de dollars représentent le montant que le Fonds global déboursera au cours des trois prochaines années pour lutter contre le sida, le paludisme et la tuberculose dans le pays.

Sur le total décrit, 23 millions seront spécifiquement pour le SIDA et, les 40% serviront à des achats généraux comme des réactifs, des antirétroviraux, entre autres.

22 millions seront consacrés au programme de lutte contre le paludisme, et 6 millions à la tuberculose et au système de santé résilient et durable (SSRS / RSSH).

António Coelho, président du Réseau angolais des ONG de lutte contre le VIH/Sida (ANASO), s'exprimant lors d'un atelier visant à soutenir la participation de la société civile aux processus nationaux du fonds global en Angola, a dit que l'objectif est de renforcer et de responsabiliser les organisations de la société civile afin de faciliter l'accès aux fonds

Au cours de cette première phase de travail, la participation de six organisations de la société civile réparties dans tout le pays a permis de créer les conditions permettant à d'autres organisations de participer prochainement à des appels d'offres.

La bonne nouvelle, c'est qu'au niveau de la région australe, l'Angola est l'un des rares pays à ne pas avoir d'organisme de la société civile gérant directement les fonds du fonds global, car il y a des pays qui reçoivent des millions pour gérer dans cette perspective.

Il a ajouté que, malheureusement, compte tenu de ses faiblesses, l'Angola n'avait pas pu atteindre ce niveau, estimant que grâce maintenant au soutien et au partenariat des réseaux nationaux d'Afrique Orientale d'organisations de services de sida (EANNASO), il sera sûrement possible de récupérer la mythique de continuer à travailler pour que des organisations dans le pays puissent directement bénéficier de ces fonds.

Pour l'expert international en initiatives stratégiques de droit et genre de la communauté, Olayide Akanmi, qui a participé à l'atelier et présenté quelques moyens pour obtenir des résultats positifs, l'ANASO devrait chercher à s'engager et utiliser ses possibilités sur le financement du fonds global. Selon un spécialiste, l'ANASO appartient à la plate-forme régionale, mais ne fonctionne que sur les plates-formes anglophones de 25 pays africains. L'une des principales responsabilités de ce fonds consiste à assurer l'autonomisation de la société civile dans le pays où il se trouve.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.