Tchad: Soupçon de mariage précoce - Un député interpellé

Photo d'illustration

Au Tchad, un député de la majorité a été interpellé lundi dernier et placé en garde à vue. Azzai Mahamat Hassane, élu de la majorité est poursuivi par le parquet d'instance de Ndjamena pour mariage précoce avec une fille mineure de 14 ans sur la base d'une ordonnance interdisant le mariage des enfants. Des accusations que ses avocats rejettent.

Le premier substitut du procureur de la République auprès du Tribunal de Grande instance de Ndjamena, Nedeou Tebdeou Gerard explique les faits.

« En date du 8 novembre dernier, une délégation a quitté Ndjamena en destination de Nokou, laquelle délégation est revenue avec une fille du nom de Zouhoura Mahamat Tahir, âgée de 14 ans ».

La jeune fille a été « l'objet d'un mariage traditionnel. Le député Azzai Mahamat Hassane a convolé en justes noces avec elle. Le mariage a été consommé ».

Les faits, tels que relatés, relèvent du flagrant délit et ne nécessitent pas une procédure de levée de l'immunité parlementaire de l'élu, qui est gardé à vue depuis lundi à la police judiciaire.

Les complices de ce mariage sont actuellement recherchés car au Tchad épouser ou donner en mariage une fille de moins de 18 ans est passible d'une peine de prison.

Pour la défense du député Azzai, son interpellation est basée sur de fausses informations: la jeune Zouhoura Mahamat Tahir serait âgée de 19 ans et non de 14, comme le prétend le parquet. Ce sera sans doute le point de discorde entre les deux camps, dans une bataille judiciaire qui ne fait que commencer.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.