Angola: Le pays compte environ 27 000 femmes enceintes séropositives

Luanda — Selon les estimations de l'Institut national de lutte contre le sida (INLS) en 2017, près de 27 000 femmes enceintes sur 310 000 personnes vivant avec le VIH en Angola sont séropositives.

Selon la directrice générale de l'INLS, Lúcia Furtado, 190 000 autres sont des femmes, 27 000 des enfants âgés de 0 à 14 ans et 27 000 nouvelles infections qui ont causé 13 000 décès parmi les adultes et les enfants.

La responsable parlait mardi à Luanda, lors d'une rencontre avec des journalistes, autour de la campagne nationale "Nascer livre para brilhar", qui sera lancée le 1er décembre de cette année à Luena (province de Moxico), par la première dame de la République, Ana Dias Lourenço.

La campagne, axée sur la prévention de la transmission du VIH de la mère à l'enfant, vise à mettre fin au sida chez les enfants d'ici 2030 en tant que problème de santé publique.

Comme objectifs, elle préconise d'accroître les connaissances en matière de prévention, de défendre la priorité d'assistance dans les services de santé et d'augmenter la sensibilisation pour encourager toutes les femmes enceintes à connaître leur statut sérologique et de leur partenaire.

Insister sur la nécessité d'identifier les principaux obstacles à la réduction de l'accès aux services de santé, à l'éducation et à d'autres services essentiels, ainsi que sensibiliser les dirigeants à différents niveaux, agences, bailleurs de fonds et autres acteurs de la société, sont d'autres objectifs de cette campagne nationale.

À cet effet, les journalistes sont appelés à contribuer à la diffusion d'informations que les familles doivent connaître afin que les enfants, même nés de mère séropositive, ne soient pas contaminés.

Au cours des trois années de la campagne, les indicateurs d'incidence (nombre de nouveaux cas) et la prévalence (somme des nouveaux et des anciens cas) seront suivie.

En Angola, le taux de prévalence de la transmission mère-enfant du VIH est de 2%, selon l'enquête sur les indicateurs multiples et de santé (IIMS) de l'Institut national de la statistique (2015-2016).

Le programme de transmission du VIH de la mère à l'enfant a débuté dans le pays en 2004 sous le nom de Coupe de Transmission Verticale.

La cérémonie a compté sur la présence des secrétaires d'Etat à la Communication Sociale, Celso Malavoloneke, et à la Santé Publique, José Vieira Dias Cunha.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.