22 Novembre 2018

Tunisie: Du meilleur au pire

L'espoir fait place au doute et la discipline et le sens de la responsabilité sont en voie de congélation. Il faut dire que depuis quelque temps, on devinait et on voyait l'absence d'un esprit de groupe au sein de l'équipe. Visiblement, les choses ont changé.

Au vu de ses dernières prestations, l'équipe de Tunisie désole plus qu'elle n'inspire. L'impératif d'un possible redressement impose nécessairement des obligations dans le comportement et dans le rendement des joueurs sur le terrain. Mais aussi et surtout une véritable prise de conscience de la part de ceux qui sont aux commandes. Ceux qui sont notamment concernés par les affaires de la sélection. De près ou de loin. Une manière de se réhabiliter, de se racheter. De raviver l'espoir et d'allumer de nouveau la passion.

La sélection ne sait pas souffrir. Elle se laisse aller trop vite. Ses joueurs sont dans leur monde, ils se croient plus grands que ce qu'ils ne sont. Ils n'ont que très peu, sinon jamais, compris qu'il y a encore plein d'autres marches à gravir pour aller encore de l'avant. Au bout du compte, autant d'égarement inspire à la fois le sens de l'irresponsabilité et le manquement au devoir. Cette situation nous amène à constater que les insignifiances et les dérives ne sont plus une affaire marginale au sein de la sélection, qui concerne joueurs cadres, qui concerne également des joueurs qui n'arrivent pas à se rendre utiles, et dont le mode de comportement et de travail inquiète plus qu'il ne rassure.

Dans le registre technique et en renonçant au jeu sur fond d'innovation tactique faite notamment de restriction, de réticence et de réserve, la sélection n'arrive pas à conserver la balle, à imposer son rythme, à proposer un beau football. Il s'agit là d'une démarche qui vise moins à gagner qu'à faire perdre ses repères à l'adversaire. Et c'est toute la base de ce renoncement, notamment lorsqu'il est mené avec insignifiance et imperceptibilité.

Donc pas d'évolution, et encore moins de progrès au sein de la sélection, surtout tant que les plaies restent toujours ouvertes et que les joueurs restent incapables de se fondre dans un cadre défini et d'en façonner les règles. On imagine ainsi le gâchis causé par un tel manquement. Et l'on se rend compte que la sélection est en train de régresser.

Les grandes idées amènent les grands changements et les grandes évolutions. Si une équipe et ses joueurs ne sont pas prêts à évoluer, c'est qu'ils n'ont pas suffisamment conscience de leur rôle et de leur raison d'être sur le terrain et... ailleurs. Les matches et les épreuves ne sont pas gagnés par les plus forts, ni par les plus avertis, mais par ceux qui évoluent et qui n'abandonnent jamais. A leur façon de s'exprimer sur le terrain, il y a de ces joueurs qui se font l'idée que chaque match est à lui seul un parcours, une vie. Oser changer, trouver la voie. Il y a aussi de ces entraîneurs qui défendent une approche centrée sur les trajectoires à la fois individuelles et collectives. Leur objectif est de saisir le sens de la rupture non pas au temps, mais comme un processus destiné à retracer les conditions émergentes de leurs joueurs et de leur jeu, à comprendre le sens du changement et de l'accomplissement.

Dans le contexte actuel, la réhabilitation de la sélection n'est pas pour autant facile. On n'évolue pas dans la facilité. Les contraintes surgissent de toutes parts et dans une équipe qui est plus qu'une équipe, et dans laquelle il faudrait certainement être plus qu'un entraîneur, plus qu'un joueur !... La situation actuelle devrait soulever une réelle prise de conscience et entraîner une mobilisation de tous les instants. On espère que tout cela fera chaud au cœur de tous les amoureux et dévoués de la sélection. Et pourquoi pas servir de message à tous ceux qui ont porté, d'une manière ou d'une autre, atteinte à la vocation de l'équipe, à ses principes et à ses valeurs.

Tunisie

Report de la grève des techniciens aériens

La grève des techniciens de la navigation aérienne auprès de l'office de l'aviation civile et des… Plus »

Copyright © 2018 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.