25 Novembre 2018

Congo-Kinshasa: Shadary lance sa campagne à l'église, l'opposition face à ses divisions

Emmanuel Ramazani Shadary a fait sa première apparition depuis le lancement de la campagne électorale en RDC. Le candidat du Front commun porté par le président Joseph Kabila a choisi d'assister à une messe dans la cathédrale Notre-Dame de Kinshasa. Du côté de l'opposition, les partisans de Martin Fayulu restent confiants malgré l'alliance entre Vital Kamerhe et Félix Tshisekedi.

La première apparition de Emmanuel Ramazani Shadary dans la campagne survient au lendemain d'un message des évêques du Congo très dur sur l'état du processus électoral et du pouvoir en place. Assis au premier rang lors de la messe, le candidat ne s'est pas exprimé.

Mais Jean-Claude Kazembe Musonda, cadre du Front commun, son porte-parole pour l'occasion, a expliqué les raisons de ce choix. « En tant que croyant, il croit fermement que tout pouvoir vient de Dieu. Donc il fallait d'abord remettre cela entre les mains de Dieu. C'est comme ça qu'il a pris l'initiative de lancer sa campagne à l'église, en se remettant entre les mains de Dieu. »

Face au message des évêques de la Cenco, accusant l'Etat de réquisitionner les moyens de l'Etat au profit de sa campagne et estimant que les conditions d'une élection crédible ne sont pas réunies pour le moment, Jean-Claude Kazembe Musonda se dit « sidéré ».

« L'Eglise est comme notre mère. Mais quel est ce parent qui n'a jamais félicité son enfant ? [...] Même votre enfant, quand il a 3 sur 10, vous pouvez l'encourager et lui dire : félicitations, fais un effort et demain tu pourras avoir 5, après-demain tu pourras avoir 6. L'Eglise ne voit que le mal. »

Fayulu et l'alliance Kamerhe-Tshisekedi

Du côté de l'opposition, le camp de Martin Fayulu se dit serein malgré l'annonce vendredi d'une alliance entre Vital Kamerhe et Félix Tshisekedi pour la présidentielle. Vital Kamerhe se retire de la course, au profit de Félix Tshisekedi, qui accepte en retour de le nommer Premier ministre en cas de victoire.

Les deux hommes avaient accepté à Genève de soutenir Martin Fayulu comme candidat unique de l'opposition, avant de revenir sur leur engagement quelques heures plus tard.

Pour Adolphe Muzito, ancien Premier ministre qui a rejoint l'opposition, et soutien de Martin Fayulu, la manœuvre de Vital Kamerhe et Félix Tshisekedi n'y fera rien : Martin Fayulu reste le mieux placé pour représenter l'opposition.

« En termes de clivage politique, cela ne change pas la donne car finalement le peuple le 23 décembre va choisir entre Kabila et le front du changement que nous incarnons. Ce sera un référendum : la question est de voir, qu'est-ce qui nous reviendra qui incarnons le changement et qu'est-ce qui reviendra aux autres amis de l'opposition, à savoir Vital et monsieur Tshisekedi. Le peuple congolais vote comme la plupart des peuples africains, vote communauté. Et quand on fait cette cartographie du Congo en termes communautaires ou linguistiques, c'est le camp Fayulu qui aura la majorité. »

« L'ouest tout entier, c'est pour Fayulu, l'ouest est dans l'opposition, estime Adolphe Muzito. Et c'est linguistiquement des chiffres au profit de Fayulu à travers Jean-Pierre Bemba, à travers Adolphe Muzito, lui-même Fayulu et il y a Matungulu aussi. Si vous faites la juxtaposition de toutes ces communautés, c'est Fayulu qui l'emporte. Ça va de soi. »

Congo-Kinshasa

Kabila n'exclut pas un retour en 2023

L'interrogation en surtitre de cet article est suscitée par le fait qu'un dauphin du président Joseph… Plus »

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.