Afrique de l'Ouest: Recrudescence d'attaques de Boko Haram au Niger et au Nigeria

Mafa, un camp pour personnes déplacées dans l'Etat de Borno, au nord-est du Nigéria, en janvier 2018.

Quinze jeunes filles enlevées en fin de semaine dernière dans la région de Diffa, au Niger, huit morts dans l'attaque d'une société de forage quelques jours plus tôt et, de l'autre côté de la frontière, une centaine de militaires tués au Nigeria.

Le bilan des récentes attaques de Boko Haram est très lourd et les militaires n'arrivent plus à faire face. Comment expliquer ce regain de violences ?

L'armée nigériane est dépassée par Boko Haram. La semaine dernière, les soldats ont abandonné l'une de leurs positions, près de la frontière avec le Niger, à Gashagar, après avoir subi quatre attaques de la part du groupe terroriste.

A l'origine de ces violences, se trouve la branche affiliée au groupe Etat islamique qui s'était dissociée, il y a trois ans, du leader Abubakar Shekau.

Depuis, cette branche de Boko Haram n'a cessé de prendre de l'importance et elle représente, aujourd'hui, une véritable menace pour l'armée nigériane.

Selon une source autorisée, les militaires ne contrôlent plus qu'une seule base près de la frontière nigérienne, à Damasak, mais ils ne sont pas en position de force et y vivent enterrés dans des tranchées.

C'est ainsi que cette branche de Boko Haram a pris de l'importance, en visant les sites de l'armée pour récupérer du matériel militaire. Selon un chercheur à l'International Crisis Group, le mouvement terroriste dispose aujourd'hui de chars d'assaut et de lance-missiles mobiles.

C'est aussi grâce à cet équipement que cette division de Boko Haram peut mener des attaques de grande ampleur et ce, des deux côtés de la frontière, comme on l'a vu ces dernières semaines.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.