Cameroun: Conseil international des archives - Yaoundé, capitale de la 8e édition

Le ton des travaux donné hier au Palais des Congrès par le Premier ministre, Philemon Yang, représentant personnel du chef de l'Etat.

«Rien n'est possible sans les archives. Les archives c'est nous, c'est notre histoire, c'est notre devenir ». Le constat de David Fricker est sans appel. Les archives revêtent une importance capitale dans la bouche du président du Conseil international des archives. Il fait partie du demi-millier d'archivistes et bibliothécaires venus de 60 pays et de cinq continents pour remettre les archives au cœur du débat. A cet effet, ils sont réunis depuis hier à Yaoundé, dans le cadre de la 8e Conférence internationale du Conseil international des archives. La cérémonie d'ouverture de cette rencontre de trois jours a été présidée hier au palais des Congrès par le Premier ministre Phile mon Yang, représentant personnel du président de la République.

Au Palais des Congrès, les archives sont donc plus que jamais à l'honneur. D'abord dans leur compréhension, mais surtout, pour leur importance. Et il est revenu à Jean Louis Roy, président-directeur général des bibliothèques et archives nationales du Québec au Canada, invité d'honneur, d'en relever la sacralité. Rappelant que la mémoire de l'Afrique est vaste, il a cité quelques cas pour lesquels le Cameroun s'est distingué grâce aux archives. D'abord, la paix qui règne aujourd'hui sur la péninsule de Bakassi. Cela a été possible grâce aux vieilles cartes, rapports et témoignages laissés par les gouverneurs et militaires d'antan au Cameroun et au Nigéria.

Ensuite, illustration avec le caractère unique du Cameroun qui regorge de francophones et d'anglophones. « On a besoin que le Cameroun continue d'être l'un des vrais foyers de la diversité dans le monde », a-t-il souhaité. « Ne pas investir dans les archives, c'est désinvestir dans l'avenir », at-il conclu. Des propos salués par l'assistance et réitérés par Narcisse Mouelle Kombi, ministre des Arts et de la Culture. Le Minac a insisté sur le fait que « les archives méritent d'être célébrées dans un contexte où les traditions et culture ont souvent été marquées par l'oralité ». Pendant trois jours, les participants et intéressés pourront donc suivre de nombreux experts présents à cette conférence, les outils nécessaires à la conservation des archives, mais surtout les process utilisés par les uns et les autres dans leurs pays. L'événement organisé sous le thème « Archives : gouvernance, mémoire et patrimoine » va permettre d'aborder la question sous l'angle de la décolonisation, de la photographie, mais aussi des innovations en matière d'accès et des enjeux panafricains et de développement durable.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.