Les météorologues se réunissent pour rédiger un document sur les meilleures pratiques lors du Forum sur les perspectives climatiques

24 Novembre 2018

Windhoek, Namibie — Plus de 20 météorologues des Centres régionaux de climat africains (CRC), des Communautés économiques régionales (CER) et de l'Organisation météorologique mondiale (OMM) se sont réunis à Windhoek, en Namibie, du 22 au 23 novembre pour identifier les meilleures pratiques en matière de processus lors du Forum régional africain sur les perspectives relatives aux changements climatiques (RCOF).

Les experts se sont réunis sous les auspices du Centre africain sur la politique en matière de climat (ACPC) et du programme des services d'informations météorologiques et climatologiques pour l'Afrique (WISER).

La réunion était le point culminant de plusieurs ateliers de partenariat sur l'échange de connaissances organisés par ACPC au début de l'année, qui ont abouti à une riche collection de documents comprenant des procédures, des leçons et des pratiques que les CRC utilisent pour produire des prévisions saisonnières consensuelles, organiser des RCOF, mobiliser des acteurs et leur demander leurs contributions par des commentaires.

Bien que les connaissances partagées profitent déjà aux points focaux des CRC qui ont participé, l'évènement a été organisé pour produire un document consolidé qui servira de référence à tous les CRC.

Les procédures et les pratiques appliquées par les RCOF pour produire des prévisions saisonnières consensuelles et les publier varient. Alors que la plupart des RCOF sont confrontés à des défis similaires, notamment liés à la mobilisation des acteurs, à la diffusion et à la prise en compte des prévisions saisonnières qu'ils produisent, certains RCOF sont opérationnels depuis de nombreuses années et ont donc des leçons et des expériences qui peuvent aider d'autres RCOF à éviter de « réinventer la roue ».

Les principaux domaines thématiques abordés concernent la formation et le renforcement des capacités, les prévisions saisonnières consensuelles, le mécanisme de financement et la durabilité, la communication et la diffusion, la participation des parties prenantes et les partenariats.

« C'est toujours gratifiant de noter le dévouement et l'expertise des distingués experts qui se sont réunis ici et qui ont mis leurs expériences et leurs leçons tirées des RCOF au service du développement socio-économique de nos populations sur le continent », déclare M. Mark Majodina de l'Organisation météorologique mondiale (OMM). « En tant que OMM, nous continuerons à soutenir le partenariat pour le savoir afin de permettre à ce forum de réaliser ses objectifs ».

« En tant que meilleure pratique en matière de viabilité, il est important que les gouvernements des États membres s'approprient pleinement le processus de financement des fonds RCOF, car le système de soutien actuel basé sur les donateurs n'est pas viable », indique Phillip Omondi du Centre de prévisions et d'applications climatiques (ICPAC), de l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD).

M. Omondi estime également, à l'instar d'autres experts, qu'avec l'évolution de la dynamique météorologique, « la continuité et la cohérence dans la formation sont indispensables pour que les experts en météorologie restent informés des dernières tendances et des derniers outils du secteur ».

De manière générale, il existe une relation suspecte entre scientifiques et professionnels des médias. Les météorologues conviennent ainsi de la nécessité de renforcer les relations entre scientifiques et médias. En tant que meilleure pratique, il a été convenu que la communication et la diffusion doivent être renforcées grâce à une formation dispensée aux médias et aux acteurs des frontières, dans l'intérêt des utilisateurs finaux.

« Je suis particulièrement impressionné par la manière dont ils ont abouti au consensus, mais je pense que la manière dont les acteurs sont impliqués est également essentielle », indique Mouhamadou Bamba Sylla, Chercheur principal en modélisation du climat et changement climatique au Centre du service scientifique ouest-africain sur le changement climatique et l'utilisation adaptée des terres (WASCAL). « Il est prudent de faire appel aux gens des médias, les journalistes qui participent au processus de rédaction des communiqués de presse issus de la déclaration technique, car nous, les scientifiques, sommes formés dans un langage scientifique qui, le plus souvent, n'est pas compris par les acteurs. C'est quelque chose que nous devons améliorer pour nous assurer que les solutions que nous trouvons touchent les utilisateurs finaux souhaités ».

Conformément à l'objectif général de l'atelier, les experts ont convenu d'un plan détaillé du document sur les meilleures pratiques des RCOF et ont créé un avant-projet dont le contenu doit être inclus dans la publication, les rôles et responsabilités attribués, un calendrier de rédaction et une publication du plan de diffusion.

Publié par :

La Section des communications

Commission économique pour l'Afrique

BP 3001

Addis-Abeba (Éthiopie)

Tél. +251 11 551 5826

Adresse électronique : eca-info@un.org

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.