Centrafrique: Un prêt russe de plus de 10 milliards d'euros attribué par erreur au pays

(Photo d'archives) - État-major des armées / armée de Terre en patrouille dans le cadre de l'opération Sangaris en Centrafrique

La banque russe VTB s'est retrouvée mercredi 28 novembre dans un imbroglio médiatique. Sur la base d'un rapport financier du groupe, des médias ont affirmé que la banque avait attribué un prêt de plus de 10 milliards d'euros à la Centrafrique.

Une affaire qui « n'a rien avec la République centrafricaine », a réagi le porte-parole du gouvernement de Bangui, Maxime-Ange Kazagui. La banque VTB a indiqué que l'information publiée dans le rapport était erronée.

Selon ce rapport financier, la banque VTB aurait attribué à la Centrafrique un prêt de 802 milliards de roubles, l'équivalent de 10,5 milliards d'euros. Une somme qui représente près de six fois le PIB annuel de ce pays.

Forcément, l'information alerte les journalistes, d'autant plus que Moscou s'est récemment rapproché de Bangui. La Russie assure notamment la formation de l'armée centrafricaine.

La banque a mis les choses au clair. Sur son site, elle publie un démenti : « VTB n'effectue absolument aucune opération avec la Centrafrique et nous n'avons pas d'exposition de ce volume dans ce pays ».

Le deuxième groupe bancaire russe évoque « une erreur technique dans le codage des pays ». Information confirmée par Elvira Nabioullina, présidente de la Banque centrale russe.

Interrogé par la chaîne RBK, le président de VTB, Andreï Kostine, a indiqué que le prêt était en réalité destiné à Chypre. Dans un rapport corrigé, ce prêt a été ajouté au passif de ce pays qui constitue un point stratégique pour les hommes d'affaires russes.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.