28 Novembre 2018

Centrafrique: Série musées en Afrique - Le musée national ethnographique de Bangui en reconstruction

Saccagé durant la crise de 2013-2014, le musée ethnographique est fermé au public. Mais à l'intérieur on travaille d'arrache-pied à la reconstruction.

En République centrafricaine, le musée national ethnographique Barthélémy Boganda est fermé après avoir été saccagé durant la crise de 2013-2014. Il était alors ouvert depuis 1966. La quasi-totalité des œuvres y sont toujours stockées, préservées par le directeur Abel Kotton qui travaille sans relâche pour les exposer à nouveau.

3500 objets en attente

En arrivant sur place, c'est d'ailleurs Abel Kotton qui ouvre la marche pour la visite. le musée n'est plus en activité depuis les événements qui ont secoué le pays. Le toit criblé de balles perdues et les portes pillées représentant un trop gros risque pour les œuvres exposées, le gouvernement a décidé de les décrocher et de les entreposer dans de larges caisses. "Le musée national a plus de 3.500 objets qui sont emballés en attente de la réhabilitation", explique le directeur.

Les œuvres du musée sont référencées selon la date à laquelle elles ont été trouvées et la documentation ne remonte pas avant les années 60. Revenu de Brazzaville, Abel Kotton et ses collègues directeurs de musée de la Communauté économique d'Afrique centrale se sont réunis récemment pour émettre certaines recommandations à leurs ministres respectifs. Parmi elles, la remise des archives de la période coloniale.

Pour le directeur du musée de Bangui comme de nombreux autres interlocuteurs, le patrimoine historique entreposé dans le musée Barthélémy Boganda pourrait être un facteur aidant à pacifier le pays. "C'est, en principe, le lieu de convergence culturelle. A partir du moment où nous sommes dans une période de conflit, c'est ici que toutes les ethnies doivent se retrouver pour partager autour de ces objets", dit Abel Kotton.

La culture au second plan

Mais la culture n'est pas une priorité en République centrafricaine. Dans un pays où les besoins en sécurité, santé ou éducation sont encore énorme, elle est reléguée au dernier plan. Selon Georges Touckia, chargé de mission Arts et Culture au sein du ministère du Tourisme et de la Culture, moins de 200 millions de francs CFA sont alloués à son budget, soit 300.000 euros. "Aujourd'hui, nous avons 34 portefeuilles ministériels. Mais le budget de la culture ne fait, je crois, que 0,005% du budget national. C'est totalement insignifiant."

Et sans argent, pas de réhabilitation. Si la peinture et les vitres sont neuves, le réseau électrique et beaucoup de choses entre les murs du musée restent obsolètes. Pour le moment, aucune date d'ouverture n'a encore été fixée.

Toute la semaine, la DW vous propose une série sur les musées en Afrique. Reportage à découvrir chaque jour dans la matinale de 7h TU et le journal de la fin de journée à 17h TU.

Centrafrique

Cour pénale spéciale - La feuille de route

Le procureur, Toussaint Muntasini Moukimapa vient de décliner sa stratégie de poursuites, d'enquêtes… Plus »

Copyright © 2018 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.