Niger: A Diffa, les conséquences économiques des inondations se font ressentir

Victime d'attaques régulières de Boko Haram, la région de Diffa, dans le sud-est du Niger, vient egalement d'enregistrer des dégâts importants, suite à des inondations et les conséquences économiques se font dejà sentir.

La production rizicole a particulièrement souffert suite aux inondations survenues depuis début novembre dans la région de Diffa. Plus haute autorité sur place, le gouverneur de la région parle de 400 hectares de riz affectés, soit une récolte perdue de près de 3 000 tonnes.

Comme chaque année, les inondations ont été provoquées par la crue de la Komadougou Yobé, une rivière prenant sa source au Nigeria voisin. Le gouverneur Mahamadou Bakabé évalue les pertes causées à plus de 717 millions de francs CFA, soit plus d'1 million d'euros, rien qu'en ce qui concerne le riz.

Selon les autorités nigériennes, ces intempéries risquent d'aggraver la situation alimentaire de milliers de personnes dans la région de Diffa, où plusieurs villages connaissent cette année des déficits céréaliers.

Les Nations Unies relèvent que cette région de Diffa, qui est souvent visée par des attaques de Boko Haram depuis bientôt 4 ans, abrite plus de 300 000 réfugiés et déplacés. Des milliers d'entre eux vivent aux dépens d'une population locale déjà très pauvre.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.