28 Novembre 2018

Afrique: La vérification des faits ou "fact-checking" s'impose aux agences de presse africaines (responsable)

 Les agences de presse africaines ne peuvent faire l'économie de la vérification des faits ou "fact-checking", a indiqué mercredi Rachid Mamouni, directeur de l'information de l'Agence de presse marocaine (MAP).

Cette pratique s'est imposée aux grands organes de presse à travers le monde, avec la prolifération dans les réseaux sociaux, de fake-news (fausses informations) pouvant avoir parfois de grands enjeux, a-t-il relevé.

Le fact-checking consiste à vérifier que les informations que l'on publie sont avérées, qu'il s'agisse de chiffres, de dates ou encore de photos. Ce qui constitue un élément de qualité et de crédibilité de l'organe de presse qui le met en œuvre.

"Les agences de presse africaines ne peuvent pas faire l'économie du fact-checking", a estimé Rachid Mamouni, selon qui cette démarche "n'est pas un luxe", mais "un élément essentiel" aussi bien pour le journaliste que son organe.

M. Mamouni, un des formateurs de correspondants issus de 16 pays africains, dans le cadre d'une session de cinq jours, présentait conjointement avec Abashi Shamamba, journaliste à l'Economiste, un quotidien marocain, une communication intitulée "Le fact-checking, un nouveau genre journalistique ?".

Les manipulations de chiffres venant d'hommes politiques, d'hommes d'affaires et autres sont monnaie courante.

"Les articles produits suite à ces déclarations sont ensuite utilisés par leurs auteurs comme des moyens de négociation", note M. Shamamba, un journaliste d'origine congolaise (RDC) établi au Maroc depuis 20 ans.

Les médias évoluent dans un nouvel environnement où ils ont "tout le monde comme concurrents", a-t-il fait remarquer.

Pour "faire la différence" par rapport à tous les individus qui peuvent diffuser des informations sur les réseaux sociaux, les médias doivent s'investir dans la vérification des faits. Ce qui constitue "une valeur ajoutée" de leur part.

La démarche du fact-checking a commencé dans les années 90, avant de s'imposer désormais avec le développement des fake-news dans les réseaux sociaux, selon M. Mamouni.

Cette méthode de "contrôle de qualité" est en réalité "un retour aux fondamentaux de notre métier", a-t-il noté dans les locaux de la MAP qui abrite, depuis lundi, un stage organisé par la Fédération atlantique des agences de presse africaines (FAAPA).

Plusieurs organes de presse comme l'AFP, Reuters et la BBC ont créé des services dédiés à la vérification des faits, qui ont permis d'élucider beaucoup de rumeurs qui avaient été répandues sur la toile, a indiqué le responsable à la MAP.

L'agence marocaine de presse a récemment créé un service de fact-checking, en en faisant un produit commercial destiné aux entreprises qui "se sentent diffamées".

En Europe, des radios se sont aussi mises au "fact-checking", à travers des chroniques prisées par leurs auditeurs.

Les journalistes passent à la loupe de grandes déclarations d'hommes politiques ou autres, sur la base de preuves, pour ensuite donner la vérité des faits.

Les cas où des sociétés, des hommes politiques, des travailleurs, voire des Etats, ont subi des préjudices liés aux fake-news font florès, ont relevé les formateurs, pour souligner l'enjeu qu'il y a derrière le fact-checking.

Au Maroc, par exemple, un fake-news mettant en cause la sincérité des prix appliqués ainsi que des quantités déclarées par des entreprises distributrices d'eau, de lait et de gasoil, avait fait fondre les chiffres d'affaires de ces sociétés. Ce qui les avait obligées à licencier des employés. Ces derniers avaient manifesté devant le Parlement marocain.

Les photos sont aussi des éléments de fake-news. Elles sont souvent sorties de leur contexte et utilisées de façon mensongère dans les réseaux sociaux, pour illustrer de fausses informations. Des sites spécialisés, parfois gratuits, permettent d'authentifier ces photos, a renseigné M. Mamouni.

Vu les quantités de dépêches produites, un "échantillonnage" s'impose pour le fact-checking, qui doit surtout cibler les informations à grand enjeu, précise M. Shamamba.

"Quand la ficelle est trop grosse, il faut faire du fact-checking", a renchéri M. Mamouni.

Il estime que le fact-checking est un genre journalistique devant être confié à "un journaliste chevronné". Cela demande tout un travail de recoupement, qui suppose un background solide, un bon carnet d'adresses, relève-t-il.

Maroc

Le pacte de l'ONU sur les migrations adopté à Marrakech

Le Pacte mondial sur les migrations de l'ONU a été adopté, ce lundi matin, à Marrakech par… Plus »

Copyright © 2018 Agence de Presse Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.