29 Novembre 2018

Mauritanie: Des unités méharistes au plus près des populations

La grande parade militaire célébrant la fête nationale mauritanienne s'est tenue ce 28 novembre à Néma en présence du président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz. Toujours très applaudies, les unités méharistes du Groupement nomades (GN) ont participé à ce défilé.

Au plus fort des années de terrorisme, il y a une dizaine d'années, les unités méharistes de Néma avait cessé leur patrouilles dans le désert pour se voir confier la surveillance de l'aéroport. Elles sont aujourd'hui de retour sur leur terrain de prédilection.

L'utilisation de dromadaires n'a rien de folklorique dans ce pays : il s'agit d'un véritable « outil » destiné à renforcer la sécurité des populations et renseigner sur la situation aux frontières. La coopération européenne l'a bien compris et a décidé de soutenir le Groupement nomade de la Garde nationale dans le cadre de son projet appui à la sécurité et au développement en Mauritanie.

Le Groupement nomade de la Garde nationale entame donc sa « remontée en puissance ». L'Union européenne a promis une centaine de dromadaires équipés ainsi des systèmes de communications modernes. Les unités méharistes peuvent parcourir jusqu'à 70 km par jour, en autonomie durant un mois.

« Un chamelier peut faire toutes les missions : maintien d'ordre, sécurité, renseignement, sans pour autant que l'on sache à qui il appartient. Il est efficace dans les zones reculées, difficiles, inaccessibles, là où il y a des populations. Il est commandé par un officier de la police judiciaire qui règle tous les problèmes que ce soit au niveau de l'eau, que ce soit au niveau de la santé et tous les litiges qui se posent dans la zone sous sa responsabilité », développe le colonel Abderrahamane el-Khalil, commandant du groupement nomade à Néma.

Après réhabilitation, le fort de Oualata situé à quelques dizaines de kilomètres de là devrait aussi accueillir le centre des opérations du Groupement nomade. « Il y a un dispositif militaire qui accompagne les efforts de développement, et on le fera de plus en plus, notamment avec l'idée de créer une facilité de paix européenne. L'idée à terme est aussi de pouvoir utiliser des financements pour acheter des ares. Donc je dirais que de plus en plus on s'oriente dans le domaine de la sécurité, dans le domaine de la défense », explique l'ambassadeur Giacomo Durazzo, le chef de la délégation de l'Union européenne en Mauritanie.

Le projet d'appui à la sécurité est doté de treize millions d'euros provenant sur le Fonds européen de développement (FED), une somme qui doit être engagée en totalité d'ici juin 2019.

Mauritanie

Dix pays potentiellement à risque, selon la Coface

En dix ans, le nombre de conflits a doublé en Afrique. La Compagnie française d'assurance pour le commerce… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.