30 Novembre 2018

Cameroun: Trafic d'ivoire vers le Nigeria, trois personnes arrêtées

Trois personnes ont été arrêtées pour trafic d'ivoire au cours d'une opération menée par la Brigade Maritime du port de Douala. Les trois hommes ont été arrêtés lors d'une tentative d'un syndicat criminel liée aux espèces sauvages de faire sortir clandestinement 125 défenses et des douzaines de pièces d'ivoire en destination du Nigéria.

Un homme de 31 ans qui était sur le point de transporter des ballots de vêtements au Port des Pêches à Douala a été arrêté par des gendarmes, et interrogé sur le contenu de la cargaison à la suite d'enquêtes préalables qui avaient révélé que de l'ivoire était dissimulé dans des vêtements d'occasion et passé en contrebande vers le Nigeria.

Sa réaction suscitant de plus en plus de questions, les officiers de la gendarmerie ont décidé de contrôler les sept ballots de vêtements. L'ivoire a été retrouvée soigneusement dissimulée dans la cargaison illicite.

Il a été arrêté et emmené au bureau de la gendarmerie où deux de ses complices ont plus tard été arrêtés, alors qu'ils essayaient de soudoyer le Commandant de brigade en vue de leur libération. L'un des trafiquants connecté à ce groupe est toujours en fuite.

L'affaire a été transmise au Procureur de la république, qui a renvoyé le dossier aux responsables de la Délégation Régionale de la Forêt et de la Faune du Littoral, plus compétents pour traiter de telles questions.

Les poursuites judiciaires contre ces trafiquants d'espèces sauvages ont été menées avec le soutien technique d'un organisme de protection de la nature appelé LAGA, ils ont ainsi été renvoyés devant le procureur de la République qui les a inculpés pour tentative de corruption, détention illégale de parties d'espèces protégées, et abattage d'espèces sauvages protégées.

Des enquêtes prioritaires ont permis de mieux comprendre le fonctionnement de ce groupe grâce à des connexions trouvées dans la région du Sud et au Gabon.

Ils étaient également liés aux trafiquants arrêtés lors d'opérations précédentes, notamment celles sur le trafic d'écailles de pangolin menées à Douala dans le passé.

L'un des trois trafiquants est un ressortissant nigérian, et de nombreux produits fauniques illicites en direction du Nigéria ont déjà été interceptés au cours d'opérations coups de poing.

Les trafiquants utilisent les nombreux petits ports jonchant le long de la côte Cameroun-Nigéria pour faire passer en contrebande de l'ivoire, des écailles de pangolin et plusieurs autres produits au Nigéria, d'où ils sont exportés vers l'Asie.

En décembre dernier, la police a arrêté trois personnes avec plus de 158 défenses d'ivoire et des milliers d'autres produits dérivés de la faune alors qu'elles chargeaient cette cargaison illégale dans un camion destiné à la contrebande au Nigéria. L'affaire est actuellement en cours devant le tribunal de première instance de Bonanjo.

En 2014, un homme a été arrêté à Edéa avec 30 défenses d'ivoire dissimulées dans des ballots de vêtements qu'il transportait à Douala dans un chargement censé se diriger vers le Nigéria.

Plus d'une tonne d'ivoire a été saisie en 2009 par les agents de la faune alors que la cargaison illicite se dirigeait vers le Nigeria.

La facilité relative avec laquelle les trafiquants opèrent au Nigéria a fait de ce pays une destination privilégiée pour les gros trafiquants cherchant à exporter de la contrebande en Asie.

Selon les articles 101 et 158 de la loi de 1994 régissant le secteur de la forêt et de la faune, quiconque trouvé en possession de parties d'espèces sauvages protégées est présumé avoir capturé ou tué l'animal et est passible d'une peine de prison de 1 à 3 ans et/ou une amende de 3 à 10 millions de francs

Cameroun

Ahmad - «Les Camerounais sont d'accord» pour organiser la CAN 2021

Le pays hôte de la Coupe d'Afrique des nations 2019 sera désigné le 9 janvier à Dakar, a… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.