2 Décembre 2018

Angola: Le ministre clarifie l'opération Transparence à l'Union africaine

Photo: FIBA Africa
L'Angola a validé son ticket pour la prochaine Coupe du monde de basket prévue en 2019 en Chine

Luanda — Le ministre de la Justice et des Droits de l'Homme, Francisco Queiroz, a rencontré vendredi au siège de l'Union africaine le directeur du Département des affaires politiques, Khabele Matlosa, pour démentir les spéculations concernant l'Opération Transparence, qui combat l'exploitation illégale des diamants dans le pays.

"Il y avait quelques spéculations concernant l'opération Transparence en Angola, et nous sommes venus clarifier, sous mandat du Président de la République, ce qui se passe sur le terrain, où se déroulent l'exploitation et la vente illégales de diamants, par des personnes non autorisées ", a déclaré le ministre cité dans un communiqué de presse.

Selon le ministre, avec la fermeture des mines, les personnes qui exploitaient illégalement les ressources se sont retrouvées sans travail et ont dû regagner leur lieu d'origine, volontairement, car elles ne disposaient plus d'une source de revenus, tant des nationaux comme des étrangers.

Dans le cas des étrangers, le retour volontaire s'est fait de manière désordonnée, à pied, ce qui a amené l'État angolais à créer des moyens de transport, les mettant à la disposition de toute personne souhaitant les utiliser, pour se rendre à la frontière avec la RDC.

Selon Francisco Queiroz, il s'agissait de la seule intervention de l'État concernant le retour volontaire des personnes en tant que question humanitaire.

Il a déclaré que l'État, par le biais de l'opération Transparence, avait fermé ces lieux d'exploitation illégale afin de protéger ses ressources et d'éviter des dommages non seulement économiques, mais aussi de l'image externe du pays, en raison du processus de Kimberley.

"Nous avons la responsabilité de savoir où vont nos diamants, afin qu'ils ne puissent pas financer le terrorisme, les guerres et la déstabilisation dans d'autres pays", a-t-il indiqué, ajoutant que l'Etat ne pouvait rester indifférent, outre ses conséquences sur l'environnement, vu que ces endroits d'exploitation illégale des diamants sont complètement détruits, beaucoup d'entre eux de manière irréversible.

Le responsable a expliqué à son interlocuteur qu'aucun acte mauvais n'avait été commis à l'encontre d'un citoyen de la RDC ou d'un étranger, et a souligné l'existence, dans la province de Lunda Norte, d'un champ avec environ 30 000 réfugiés qui ont fui la guerre dans le sud de ce pays il y a environ deux ans.

"Nous leur souhaitons la bienvenue, nous avons cette obligation morale, civique et humanitaire (... ) ils sont respectés, leurs droits sont garantis, le HCR est intervenu pour aider et ils sont traités comme il se doit", a-t-il conclu.

La rencontre du ministre avec le représentant de la Commissaire de l'Union Africaine pour des questions politiques (absent) a eu lieu en marge de la réunion du Comité technique spécialisé (CTE) en matière de Justice et des Droits de l'Homme, qui s'est déroulée jeudi dernier, dans la capitale éthiopienne.

En savoir plus

Basket/Mondial - L'Angola joue sa qualification ce samedi

L'équipe nationale masculine senior de basketball pourrait se qualifier ce samedi soir, au pavillon polyvalent de… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Angola Press Agency. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.