2 Décembre 2018

Mauritanie: Après la Mauritanie, le prince héritier saoudien MBS en Algérie

Arrivé ce dimanche 2 décembre dans la matinée en Mauritanie, le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salman, a quitté Nouakchott en début de soirée pour l'Algérie.

Le prince héritier saoudien a eu plusieurs entretiens avec le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz. Ce dernier a fustigé ce qu'il a qualifié de « campagne anti-saoudienne » suscitée par l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi à Istanbul le 2 octobre dernier.

Mohammed ben Salman a signé à Nouakchott trois conventions de financement dans les domaines de l'environnement, de l'hydraulique et de la lutte contre l'évasion fiscale. Leur montant n'a pas été révélé. Le royaume s'est également engagé, par ailleurs, à construire et équiper un hôpital ultramoderne à Nouakchott. L'hôpital portera le nom du roi d'Arabie saoudite, Salman ben Abdelaziz al-Saoud.

A Alger des voix s'élèvent pour critiquer cette visite

Après son passage en Mauritanie, Mohammed ben Salman est attendu à Alger, où il vient parler coopération commerciale et partenariats économiques. Mais, comme en Tunisie la semaine dernière, il n'est pas vraiment le bienvenu. Plusieurs responsables politiques et intellectuels ont publié une tribune dans laquelle ils critiquent cette visite.

Pour les signataires de cette tribune, dont le sociologue Nasser Djabi, MBS est « un assassin ». « C'est quelqu'un qui a tué un journaliste au sein même de son ambassade d'une manière atroce. Et donc on ne veut pas le voir chez nous », résume-t-il, en déplorant la position officielle du gouvernement algérien.

« Les autorités ont d'autres considérations. L'Arabie saoudite est un gros producteur de pétrole et l'Algérie a besoin du soutien de Riyad pour maintenir les prix du pétrole a un niveau correct. Et l'Algérie a besoin aussi de la non-intervention saoudienne à l'intérieur de l'Algérie. L'Arabie saoudite a toujours manipulé des groupes terroristes dans les années 1990, a financé, donné des armes aux terroristes algériens. Donc, je crois que les autorités algériennes veulent un peu limiter les dégâts. On aurait aimé que la position officielle soit un peu plus claire pour dire non à cet assassinat, non à l'intervention dans la guerre au Yémen et que le pouvoir, les responsables algériens le disent assez clairement », souligne sociologue Nasser Djabi.

Mauritanie

Les jihadistes toujours dans les mémoires dans l'Est

En Mauritanie, la campagne présidentielle très marquée par le thème de la… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.