2 Décembre 2018

Congo-Kinshasa: Contre-pied !

La campagne électorale lancée depuis le 22 novembre dernier se déroule de façon mitigée. D'abord, l'engouement qui devait y avoir, au vu du nombre abusif des postulants, est absent. Mais surtout à cause du manque d'égalité des chances, principalement chez les présidentiables, quand aux procédures et méthodes employées pour cette étape déterminante du processus.

L'on a connu les scenarii du Ministère des Transports et de l'Autorité de l'aviation civile qui ont trouvé les voies et moyens pour empêcher Moïse Katumbi d'atterrir sur le territoire national avec un jet privé quand il lui fallait déposer sa candidature. Même si, finalement, il n'a atterri nulle part, la volonté manifeste du régime en place de vouloir, à tout prix, restreindre les mouvements de certains opposants qu'il estime politiquement dangereux à ses yeux, s'est révélé au grand jour.

Aujourd'hui, c'est Martin Fayulu qui subit le même sort. Le désigné de la coalition Lamuka qui devait, en principe, être sur les terres kivusiennes cet après-midi, s'est vu contraint de revoir son calendrier, faute de moyen de croisière adéquat. Selon le Ministre de tutelle, avant que l'avion affrété n'effectue le déplacement pour la RDC, une équipe doit, avant tout, être envoyée pour des vérifications techniques. Pour un simple rappel, la campagne se clôture dans 17 jours...

Entre temps, c'est demain mardi que le duo Tshisekedi-Kamerhe doit se rendre à Goma. Subiront-ils les mêmes types de complication ? Ils viennent de se faire rejoindre dans le combat vers la conquête du strapontin du Palais de la Nation, par Kin-kiey Mulumba et Samy Badibanga. Bon, les autres candidats, eux, sont en campagne à l'extérieur du pays et dans leurs bases familiales respectives. Ce qui est sûr, chacun d'eux veut la présidence, mais à sa manière.

Pour le moment, il n'y a que Ramazani Shadary qui plane entre les deux avions, de Lubumbashi à Likasi, de Kamina à Kinshasa, sans aucune inquiétude. Comme pour dire que celui qui travaille à l'hôtel, ne souffre pas d'hospitalité.

C'est également le cas pour plusieurs aspects notamment, l'affichage des panneaux sur les rues de la capitale où l'on constate des actes d'incivilité à vue de nez. Dans un contexte trouble tel qu'actuellement, les candidats ne devraient pas être mis à contre-pied, loin de leurs intentions premières, pour des fins malhonnêtement politiques.

Les jours ne sont plus qu'à compter aux bouts des doigts et aucun des candidats opposants techniquement et verbalement encore dans la course, n'a réellement amorcé la campagne électorale. Manque de moyens logistiques et financiers ou stratégie risquée ? Le vin est tiré, il faut le boire.

Congo-Kinshasa

Incendie de 2O % de matériels électoraux, la CENI prise dans le piège de l'opposition

L'incertitude s'installe à 8 jours des élections en République démocratique du Congo. Ce… Plus »

Copyright © 2018 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.