29 Novembre 2018

Tunisie: Passage Dhehiba-Ouazen - Une nouvelle aube pour le commerce transfrontalier

Tunis/Tunisie — - Tout au long des 140 km de la route reliant la ville de Tataouine à la délégation de Dhehiba, le paysage dominant demeure celui de ces bidons blanc en plastique utilisés pour le transport des hydrocarbures de contrebande.

Des bidons sont entassés des deux côtés de la route près de gros véhicules et de camionnettes Isuzu, la plupart non immatriculés, qui font la navette vers le voisin libyen où les prix des hydrocarbures sont inférieurs à ceux pratiqués sur le marché local.

Sur le long de la même route, les agents de la Garde nationale sont présents. A maintes reprises, l'équipe des journalistes TAP, en mission dans la région, ont étaient appelés à présenter leurs pièces d'identité.

Le grand point d'interrogation concerne un commerce illicite qui se passe au su et au vu des pouvoirs locaux?

Une hémorragie pour l'économie nationale, déplorent certains experts et observateurs, la réalité dans les zones frontalières en dit autrement. Sauf que la contrebande, ce phénomène qui n'a cessé de faire couler beaucoup d'encre, spécialement après la révolution de 2011, demeure d'actualité.

Pour Rached Hadded, délégué de Dhéhiba, «le taux de chômage à Dhehiba avoisine les 42%, le plus important taux dans tout le gouvernorat». Actuellement, tout un plan d'investissement est en train d'être mis en place pour booster le développement économique et social dans cette ville de 4295 habitants répartis sur un territoire de 3886 km2.

Un budget de 60 millions de dinars a été alloué, depuis 2015, à la région pour laquelle les autorités espèrent l'amélioration des conditions de vie de la population, ce qui ne manquera pas de séduire les investisseurs potentiels.

De gros changements sont aussi en cours sur le passage Dhebia-Ouazen qui devraient aider à changer la donne pour beaucoup de commerçants de la région tant les importateurs que les exportateurs.

Mettre fin sinon minimiser le phénomène de contrebande et le commerce illicite est au top des objectifs tracés pour la zone frontalière qui avoisine le passage de Dhehiba-Ouazen.

Sur les 16 hectares, actuellement propriété de la municipalité de Dhehiba, des travaux d'élargissement du passage frontalier de Dhehiba-Ouazen sont en cours. Un budget de 950 millions de dinars a été alloué à ces travaux qui devraient ouvrir de nouveaux horizons pour profiter à tous.

"Les prestations de services aux passagers connaîtront une amélioration certaine des deux côtés de la frontière", selon Nizar Chouat, Lieutenant en charge du bureau de la Douane sur le passage de Dhahiba Wazen.

Les derniers chiffres, pour le mois d'avril 2018, recueillis auprès des services de la Douane révèlent que le taux d'avancement des travaux d'élargissement avoisine les 80%. La fin des travaux est prévue pour la fin du premier trimestre 2019.

Après élargissement, le passage couvrira dix couloirs de passage à l'aller et autant au retour. Le but est d'améliorer la fluidité de la circulation dans les deux sens et de minimiser le temps d'attente pour les véhicules des particuliers et des commerçants.

Côté export, la circulation des marchandises vers le voisin libyen est actuellement de près de plus de 2 milliards de dinars, selon un chiffre du Lieutenant en charge du bureau de la Douane sur le passage frontalier.

Les responsables régionaux rencontrés n'écartent pas que la zone frontalière est sujette à la contrebande, un vieux commerce illicite, pratiqué depuis l'époque coloniale.

"Attahrib", appellation en arabe de la contrebande, a pris de l'ampleur avec la révolution de 2011 et l'instabilité de l'autre partie des frontières avec le voisin libyen.

Dans les pays du Sud comme ceux du nord, la pauvreté et le manque de moyens ont toujours engendré des conditions extrêmes. Narcotrafiquants, gangs et hors la loi de tous genres dictent leur loi.

Remada, Dhahiba, Tataouine et toutes les zones frontalières du pays, sont souvent le lieu d'un trafic devenu chronique sinon épidémique, ce qui reflète la situation défavorisée de la région mais aussi une hémorragie dans le secteur économique.

Toutefois, une nouvelle aube commence pour le gouvernorat de Tataouine, une porte depuis longtemps ouverte sur cette zone de transit pour les voyageurs, le commerce transfrontalier et le trafic de tous genres.

Tunisie

Une campagne nationale contre le harcèlement sexuel

L'objectif étant de mettre l'accent sur l'importance de créer une communauté fortement… Plus »

Copyright © 2018 Tunis Afrique Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.