3 Décembre 2018

Afrique: Essor de la parole féministe ?

Certains pays d'Afrique passent pour exemplaires en raison de la place faite aux femmes dans leurs Parlements. Le Rwanda se classe premier du monde avec 61,3% de femmes députées, la Namibie 6e, l'Afrique du Sud 10e et le Sénégal 12e, après la Finlande et avant la Norvège.

Toutes ces sociétés n'en restent pas moins patriarcales. Des voix de femmes s'y élèvent toujours pour contester l'ordre établi. Véritable essor ou simple passage de relais générationnel ? La question reste posée.

La retentissante « affaire Weinstein », fin 2017, a fait des remous jusqu'en Afrique, avec la reprise du hashtag #MeToo, lancé lorsque des actrices américaines victimes de ce producteur de films et prédateur sexuel ont commencé à témoigner.

En France, il est devenu #BalanceTonPorc. Au Sénégal, la jeune féministe Ndèye Fatou Kane avait emboîté le pas avec #BalanceTonSaï-Saï (un terme qui signifie « mauvais garçon » en wolof)... avec moins de succès.

Auteure de l'ouvrage « Vous avez dit féministe ? » (L'Harmattan, 2018), Ndèye Fatou Kane écrivait fin 2017 : « Une amie a partagé un visuel sur Facebook qui parle de mon pays, où les femmes sont devenues étrangement aphones, stipulant qu'au Sénégal le harcèlement sexuel ne semble pas exister, tant l'absence de réactions est flagrante. »

Le rapport de Human Rights Watch (HRW) sur le harcèlement sexuel dont sont victimes les écolières du Sénégal, publié en octobre dernier, est venu confirmer ce constat. Il appelle sans détour « à mettre fin à la culture du silence » au Sénégal.

Des figures méconnues

Ndeye Fatou Kane, pourtant, est loin d'être isolée, en tant qu'héritière d'une longue série de femmes engagées. La philosophe et anthropologue Awa Thiam (82 ans) avait notamment publié en 1978. La parole aux négresses, livre culte de « l'afro-féminisme ».

De son côté, l'universitaire Marie-Angélique Savané (71 ans) a été rédactrice en chef de la revue Famille et développement. Les romancières ne manquent pas non plus, avec entre autres Mariama Bâ (1929-1981), qui a connu un succès posthume avec son roman autobiographique sur la polygamie, Une si longue lettre (1981).

Les féministes ne manquent pas au Sénégal, pas plus qu'ailleurs en Afrique. Force est de constater, cependant, que leurs noms restent le plus souvent méconnus hors des frontières de leurs pays respectifs.

Qui connaît la Libérienne Leymah Gbowee, même avec son prix Nobel de la Paix, obtenu en 2011 ? Ou la Sud-Africaine Mamphela Ramphele, qui fut l'amie et compagne de Steve Biko ?

« Etre à la fois féministe et africaine »

Reste à savoir si toutes les femmes engagées se revendiquent comme « féministes ». Tel n'est pas le cas, par exemple, de la cinéaste Angèle Diabang, dont les œuvres traitent de sujets féminins.

Réalisatrice en 2014 du documentaire Congo, un médecin pour soigner les femmes sur le Dr Denis Mukwege, elle ne veut pas s'inscrire dans un combat. « Je ne suis ni militante ni féministe », explique-t-elle en évoquant son travail. « Je ne suis pas dans la revendication.

Ce n'est pas mon envie. Mon travail parle tout seul. Je traite les sujets sans vouloir heurter, faire du tapage, dire que c'est moi la femme qui parle de la femme, etc. Je voudrais que chacun mène sa propre réflexion. Je ne fais que filmer.

Après, à vous de réfléchir et de vous poser des questions. J'aimerais qu'après avoir vu un de mes films, un mari se demande : "Est-ce que je respecte mon épouse? Est-ce que c'est normal de lui dire, alors qu'elle est occupée à balayer avec un enfant dans le dos, d'aller me chercher un verre d'eau ?" »

Plus important encore, les féministes sont-elles entendues ? Fatou Sow, sociologue et féministe sénégalaise, auteure de nombreux essais, dont Genre et fondamentalismes (Codesria, 2018) et The Remaking of Social Contracts.

Feminists in a Fierce New World (Gita Sen, Marina Durano et al, pour Dawn, Zed Books, Londres 2014), estime que « la parole féministe existe en Afrique francophone, même si elle doit encore se battre pour réclamer le droit d'être à la fois féministe et africaine ».

Un vieux débat ne cesse de refaire surface : le féminisme pose en effet problème en Afrique parce qu'il serait importé d'Occident.

La romancière nigériane Chimamanda Ngozi Achidie est l'un des rares porte-voix du féminisme en Afrique à jouir d'une renommée mondiale - qui n'est pas due cependant à ses prises de position sur les questions de genre.

«La liberté d'expression est un levier pour la protection des femmes et leur émancipation. Plus les problèmes relatifs à l'égalité et aux droits des femmes ont été exposés sur l'espace public, plus...»

Fatou Sow Sarr Sociologue@article19wafric pic.twitter.com/Cq3opYj2O9

ARTICLE 19 Sénégal (@article19wafric) 23 janvier 2018

Chimamanda Ngozi Achidie, une exception ?

Elle n'a pas clos la polémique, malgré ses discours et ses livres à portée universelle, We should all be feminists (2014, Fourth Estate) et Chère Ijeawele, un manifeste pour une éducation féministe (2017, Gallimard).

Elle rappelle que le terme « féministe » est assorti en Afrique de jugements sur des « femmes qui seraient malheureuses », ou jugé incompatible avec la « culture africaine ».

Et de se décrire comme « féministe africaine heureuse », ce qui est encore jugé trop tiède par certaines, du moins en France, où un conflit entre féministes noires et blanches s'est déclaré.

Conclusion de Fatou Sow : « Avec la parole féministe (ou féminine, pour rassurer un grand nombre), les femmes ont obtenu des gains indéniables en termes de droits, de liberté d'expression, d'accès à l'éducation, aux technologies nouvelles et à de meilleures situations professionnelles, d'entrée en politique, etc. ».

La preuve ? Au Sénégal, pour la première fois, six femmes font campagne pour la présidentielle de février 2019, sur une pléthore de 87 candidats.

« Il n'en reste pas moins difficile, toujours, poursuit Fatou Sow, de lutter contre le sexisme de nos cultures, les différences de statut et inégalités entre hommes et femmes, aggravées par des évolutions politiques et économiques tumultueuses, la montée des fondamentalismes culturels et religieux et le poids incontrôlable de la mondialisation et de ses effets pervers ». Une si longue liste.

Afrique

Barrages Coupe CAF - Le Stade Malien éliminé

Le Stade Malien n'ira pas loin dans son aventure en Coupe de la Confédération Africaine de Football. En… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.