4 Décembre 2018

Cote d'Ivoire: Abidjan - La tenue d'un festival des bijoux et foulards annoncée

La bibliothèque nationale d'Abidjan-Plateau sera aux couleurs des bijoux et foulards les 14 et 15 décembre 2018 à la faveur du premier festival dédié à ces deux parures. L'annonce a été faite le mardi 27 novembre 2018 par Massal Touré, initiatrice, lors de la cérémonie de lancement à la bibliothèque nationale au Plateau.

Selon elle, l'objectif principal du festival est de valoriser et magnifier en général, la femme africaine et en particulier la femme ivoirienne.

« Les parures apportent un plus au charme et à la beauté de la femme. Le foulard, dans la tradition africaine, est un accessoire vestimentaire présent dans différentes cultures et sans lequel la tenue est incomplète.

Selon le type de tissu, les motifs, la couleur et le style de l'attachée, il est utilisé aux quatre coins du monde expressivement pour dépeindre des religions et des cultures. Comme un attribut de richesse, le foulard, pour la femme qui le porte, est la couronne de gloire qui sublime son accoutrement.

Cet accessoire africain dont la dénomination change d'une région de l'Afrique (« Duku » au Malawi et au Ghana, « Dhuku » ... ), « Kouna Diala » chez les Bambara (le bandeau qui serre la tête), « Gnoubouholo » chez les Senoufo, « K'sa » chez les Touareg, est non seulement plus qu'une pièce de tissu, mais surtout son port est plus qu'une tendance.

Et d'ajouter : « Le festival de bijoux et du foulard, concept innovant et valorisant dont l'enjeu est de fédérer tous les adeptes et sympathisants de l'attachée de foulard, fait la promotion du patrimoine culturel africain à travers la mode.

Mieux, cette grande manifestation culturelle et artistique, axée sur le thème principal "la femme: perles et foulard", aspire à donner plus de place et d'attention au foulard et aux bijoux, un secteur en plein essor ».

Poursuivant, elle a dit : « Le bijou est un élément de parures corporelles qui peut être porté sur le vêtement, sur le corps ou même dans le corps. Les bijoux africains sont chargés de symboles.

Véritable manifestation de la révolution symbolique, on estime que leur première présence remonte au temps des premiers graphismes. Les bijoux les plus anciens identifiés sont des coquillages percés qui dateraient d'environ 75 000 ans.

Ce festival qui s'annonce sous de bons auspices, les expositions vente, concours du plus beau attaché de foulards, des panels, des défilés et des ateliers, comme temps forts, vient démontrer et attester que le bijou et le foulard incarnent un mode de vie qui n'a pas perdu son sens traditionnel. Bien plus, que c'est avant tout et surtout le symbole d'une Afrique qui a conquis le monde de la mode ».

Cote d'Ivoire

Procès Gbagbo - Dans la presse ivoirienne, l'attente de la décision de la CPI

La Côte d'Ivoire reste suspendue au sort de Laurent Gbagbo. L'ancien président ainsi que l'ex-leader des… Plus »

Copyright © 2018 L'Intelligent d'Abidjan. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.