4 Décembre 2018

Madagascar: Deuxième tour - Surenchères de soutien aux deux finalistes

Photo: L'Express de Madagascar
Les deux anciens chefs d'Etat, Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana

Les candidats arrivés en troisième et quatrième positions s'étant abstenus de donner la moindre consigne de vote à leurs électeurs, les petits candidats quant à eux, espèrent devenir grands en apportant leur soutien à Andry Rajoelina ou à Marc Ravalomanana.

Avec 8,89% + 1,34%, Hery Rajaonarimampianina et le Pasteur Mailhol André Dieu Donné représentent à eux deux presque 10% des suffrages exprimés. Un potentiel de voix sur lequel lorgnent les deux finalistes. En particulier, Marc Ravalomanana qui a misé à l'issue du premier tour sur le soutien du HVM qu'il a qualifié d'ailleurs de « parti fort ». Simple effet d'annonce pour le candidat « numéro 25 » qui a été démenti par Hery Rajaonarimampianina en personne quelques jours seulement après sa déclaration. La semaine dernière, le numéro Un du « Hery Vaovao ho an'i Madagasikara » a annoncé que son parti ne soutiendra aucun des deux candidats qualifiés au second tour. Selon ses explications, il préfère respecter son statut de « Raiamandreny ». Le candidat de l'Eglise « Apokalipsy » que Ravalo a taxé de « Pasteur de Secte » n'a pas non plus donné son « Tso-drano » à l'ancien vice-président laïc de l'Eglise Protestante Réformée (FJKM). Soutien logique par contre du parti « Mafana » (MFM) de Manandafy Rakotonirina qui a toujours qualifié les partisans d'Andry Rajoelina de « Foza ». Un discours d'exclusion sociale de la part de l'ancien parti prolétarien qui a provoqué un repli identitaire des électeurs des bas-quartiers. Lesquels ne sont pas chauds à suivre la consigne de vote des « Mafana » ou ce qu'il en reste avec les Manandafy, Constant et autres. Il convient de rappeler en effet que le fils de Manandafy Rakotonirina, Mahery Lanto Manandafy a officialisé hier son soutien à Andry Rajoelina à travers son compte facebook.

Soutien gênant. Soutien par dépit par contre à Marc Ravalomanana du candidat « numéro 22 », Mahafaly Olivier Solonandrasana qui n'a certainement pas digéré son éviction de Mahazoarivo au profit d'un Premier ministre proposé par le parti « Miaraka Amin'i Prezida Andry Rajoelina » (MAPAR). Reste à savoir toutefois si « Dada », connu et reconnu pour être rancunier parviendra à oublier les mesures contraignantes prises contre ses usines Magro et « Tiko AAA ». Aux yeux des observateurs, le soutien de Ny Rado Rafalimanana à Marc Ravalomanana relève d'un soutien naturel vu les interventions du président du « Ny Fanahy Maha Olona » avant, pendant et après le premier tour. En revanche, ralliement contre nature de Coutiti Assolant. Nul n'ignore qu'il figure parmi les victimes du « haza lambo » de 2002, ordonné par le numéro Un de l'Empire Tiko. Au même titre que son illustre oncle, le Général Monibou qui doit se retourner dans sa tombe. Emprisonné à la maison de force de Tsiafahy après l'accession au pouvoir de Marc Ravalomanana, le Colonel Coutiti Assolant a été libéré lorsqu'Andry Rajoelina est monté au pouvoir après les évènements de 2009. A noter également le soutien gênant de Cohen Rivolala alias « Tic Tac Dou » au candidat du « Tiako i Madagasikara » qui ne refuse aucune proposition de soutien pour augmenter ses 35,35% de voix obtenues lors du premier tour.

Soutien logique. Pour sa part, Roland Ratsiraka a offert un soutien logique au candidat du « Tanora malaGasy Vonona ». Faut-il rappeler que le président national du « Malagasy Tonga Saina » a également été jeté en prison par Ravalo avant d'être acquitté par la suite par la Justice. Déjà en 2013, il avait refusé d'offrir son soutien au candidat du « Tiako i Madagasikara » de l'époque, en la personne de Jean Louis Robinson. Ce dernier roule désormais pour le candidat « numéro 13 ». D'après les informations, après une brève rencontre avec Marc Ravalomanana, le candidat n°20, Randriamampionona Joseph Martin alias Dadafara a lui aussi choisi d'offrir son soutien à Andry Rajoelina.

Sans parti. Force est de constater que la plupart de ces soutiens émanent de particules et/ou de sans parti. Surtout ceux qui ont choisi de se rallier au « K25 ». C'est-à-dire des entités ou personnalités qui n'ont aucune base politique. Mis à part quelques uns, la plupart des candidats malheureux du premier tour ne disposent d'aucun élu. Leur soutien n'aura certainement pas beaucoup d'influence sur les résultats du scrutin. Aux yeux des observateurs, ce sont plutôt eux qui attendent d'être soutenus dans tous les domaines (politique, financier... ) par les candidats qu'ils prétendent soutenir. Les deux candidats et leurs équipes de soutien respectives disposent donc de 15 jours à partir d'aujourd'hui pour convaincre les électeurs à voter pour eux et à soutenir leur projet de Société.

En savoir plus

Présidentielle - Les candidats veulent convaincre les indécis

A Madagascar, le second tour du scrutin se déroulera le 19 décembre 2018. Andry Rajoelina est… Plus »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Copyright © 2018 Midi Madagasikara. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.