Sahara Occidental: L'avenir du Sahara occidental, les discussions s'annoncent difficile

Photo: RFI
Carte Maroc et Sahara occidental
5 Décembre 2018

Une rencontre entre le Maroc et le Front Polisario débute ce 5 décembre pour tenter de relancer les négociations sur le territoire du Sahara occidental. Au point mort depuis 2012, chaque partie campe sur ses positions.

Cette rencontre est placée sous les auspices de l'envoyé spécial de l'ONU au Sahara occidental, l'ancien président allemand Horst Koehler. Présentée par l'ONU comme un "premier pas vers un processus renouvelé de négociations en vue de parvenir à une solution juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l'autodétermination du peuple du Sahara occidental", cette réunion sous forme de "table ronde" s'annonce difficile, alors que chaque partie campe sur ses positions.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a réclamé la veille de cette rencontre sur l'avenir du Sahara occidental, que les parties concernées "s'engagent dans des discussions de bonne foi, sans préconditions et dans un esprit constructif".

Quelles sont les chances de succès de ce rencontre ?

Pour l'ancien ministre mauritanien des Affaires étrangères entre 1979 et 1985, Ahmedou Ould Abdallah, les clés de la solution à ce conflit sont entre les mains des pays du Maghreb invités à Genève.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.